Mons : La Setca-FGTB enthousiaste quant à l’emploi du projet hospitalier d’Helora

De nombreux points en matière d’emploi ont été abordés ce matin, six mois après le début des négociations.

Florian Ducobu
Les travailleurs garderont les mêmes conditions salariales qu'ils ont actuellement.
Les travailleurs garderont les mêmes conditions salariales qu'ils ont actuellement. ©F.D.

L’important projet du tout nouveau réseau hospitalier Helora a fait couler beaucoup d’encres depuis son annonce. Des interrogations surviennent notamment au niveau de la localisation de ce futur hôpital ainsi que sur les emplois liés à cette fusion du groupe Jolimont et Ambroise Paré. Patrick Salvi, secrétaire général de la Setca-FGTB pour la région de Mons-Borinage, est revenu sur ce dernier volet ce jeudi matin lors d’une conférence de presse.

Opposé aux précédents projets de fusion des groupes hospitaliers, Patrick Salvi se montre désormais enthousiaste sur ce nouveau projet. Il a d’ailleurs tenu à rassurer les nombreux travailleurs du secteur. “Dans le passé, nous ne disposions pas de garantie en matière d’emploi. Pour cette raison, je m’étais opposé au projet de fusion. J’avais, à l’époque, proposé de créer une asbl en y intégrant les services garantissant l’emploi mais je ne l’ai pas obtenue. Je ne voulais donc pas de ce projet”, explique Patrick Salvi.

La donne est désormais complètement différente pour le dossier Helora, de quoi rassurer Patrick Salvi. “Notre première exigence était de garantir l’emploi. Certaines rumeurs rapportaient qu’aucun document n’avait été signé en ce sens mais c’est faux. Un document circule en ce moment même pour être signé par l’ensemble des syndicats et de la direction du réseau hospitalier Helora. Toutes les garanties salariales, de recrutement et en termes d’emploi y sont retranscrites”, poursuit Patrick Salvi.

Le deuxième objectif de la Steca-FGTB était de garantir les mêmes conditions salariales pour les travailleurs. Cela a également été obtenu. Concrètement, les travailleurs, qu’ils soient statutaires ou contractuels, garderont leur salaire, leurs années d’ancienneté, leurs avantages (comme les chèques repas, écochèques, etc) et leur avantage sur les consultations.

Peu importe le statut du travailleur, il gardera son sac à dos. Aucun nouveau contrat ne sera d’ailleurs signé puisqu’il gardera exactement les avantages et le salaire qu’il percevait précédemment. Le seul bémol de cette fusion survient au niveau des travailleurs frontaliers”, confie Patrick Salvi. “Un arrêté royal remet en question ce statut. Malheureusement, à notre niveau de pouvoir, nous ne pouvons rien faire. Tout repose sur la décision du ministre. Si nous pouvons obtenir une dérogation pour aider les 250 travailleurs frontaliers, nous le ferons mais rien n’est garanti à ce niveau-là.

Un autre point avait de quoi réjouir la Setca. La fusion des hôpitaux permettra en effet de disposer de services complets pour venir en aide aux patients. Ces services seront par la même occasion optimalisés. “S’il y a un regroupement des différents groupes hospitaliers, c’est également pour garantir l’ensemble des services aux patients”, confirme Patrick Salvi. “Je ne trouve pas normal, par exemple, d’être obligé de se rendre à La Louvière pour disposer du service cardiologie. Deux services sont agréés à Jolimont et à Tivoli alors que nous n’en avons pas dans la région de Mons-Borinage. Cette fusion permettra de combler ce manque.

Annoncée pour janvier 2023, la fusion sera finalement reportée au mois d’avril ou de juillet en fonction de l’avancée des négociations. Différents aspects techniques sont en effet encore sur la table. Un point concernant le conseil d’entreprise d’Helora doit également être abordé. La volonté est de garder les délégués syndicaux des différentes implantations en attendant les élections de 2024.

Le site Géothermia privilégié

La localisation du site, point qui divise principalement les politiques, a également été abordée. “Je ne suis pas décideur sur ce point mais je pense qu’il serait plus judicieux d’implanter le nouvel hôpital sur le site de Géothermia. La circulation est déjà saturée du côté de Jemappes alors que Géothermia se situe en bordure d’autoroute. Il serait donc mieux pour les travailleurs et les patients que ce site soit privilégié. Des discussions avec l’IDEA vont peut-être avoir lieu pour obtenir l’autorisation d’y implanter un hôpital”, conclut Patrick Salvi.

Pour rappel, le logipôle non médical sera implanté sur le site de Géothermia et sera vecteur d’emplois. Le logipôle médical sera quant à lui situé dans la région du Centre. La structure du logipôle sera publique et le gage que l’emploi public continuera d’exister au sein du futur réseau hospitalier.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be