Maisières : Il viole une ado de 16 ans dans les toilettes d’un hôpital

Victime d'un retard mental, le prévenu a sollicité un sursis probatoire.

Margaux Piron
Le prévenu devrait obtenir un acquittement, le 2 février prochain. Les explications de ce dernier ont convaincu le ministère public.
illustration ©JC Guillaume

À seulement 23 ans, Noé (prénom d’emprunt) est poursuivi pour des faits de viol sur mineurs. Le prévenu et sa première victime se sont connus via les réseaux sociaux. Rapidement, une complicité s’est installée et le jeune couple s’est formé. Noé n’aurait pas été au courant que la jeune fille avait seulement 14 ans. “Je pensais qu’elle en avait 15”, a-t-il précisé. Le jour des faits, le prévenu a déshabillé agressivement la victime et l’a pénétré de manière digitale. “Nous avons juste eu une relation sexuelle classique”.

Noé, originaire de Maisières a également causé une autre victime. Rencontrés en 2018 via des amis en commun, le prévenu et Alicia (prénom d’emprunt) ont fixé leur premier rendez-vous à l’hôpital. Un rencard quelque peu spécial puisqu’il lui a proposé de rendre visite à sa sœur qui venait d’accoucher. Pris d’un besoin présent, Noé s’est rendu aux toilettes, suivi de la victime, âgée de 16 ans. Une fois chose faite, le jeune homme a violemment attrapé Alicia par surprise et l’a pénétré de force.

Le prévenu conteste toujours les faits malgré les éléments objectifs du dossier. De nombreux messages interpellants ont effectivement été saisis durant l’enquête. Il stipulait notamment à des connaissances ses attitudes condamnables par la loi : “je l’ai b****. Elle a pleuré et crié comme une fille de 12 ans”.

Actuellement inséré au sein de la société et possédant un retard mental (objectivé par les conclusions de l’expert), Noé a sollicité un sursis probatoire dont une des conditions est de ne plus entrer en contact avec des mineurs. Le représentant du ministère public ne s’y est pas opposé. Le jugement sera rendu le 15 février.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be