La pandémie de coronavirus impacte aussi les chemins de fer chez nous. La SNCB doit composer avec une pénurie de personnel, certains étant malades, d'autres en quarantaine. Dès lundi, 120 trains seront supprimés chaque jour.

La ligne qui relie Mons à Aulnoye passe même carrément à la trappe. Il n'y aura plus de trains en semaine ou le week-end. Les usagers sont invités à voyager via Lille Flandres. Depuis lundi dernier déjà, des trains P étaient supprimés sur certaines lignes. Les navetteurs de Quévy souhaitant rejoindre Bruxelles en ont fait les frais.

Les suppressions se poursuivent donc. La SNCB indique que les adaptations sont temporaires. Dès que les conditions le permettront, un retour à l'offre complète sera effectué.

Au-delà des agents malades ou en quarantaine, la SNCB doit également composer avec des voyageurs moins nombreux. La faute au renforcement des mesures covid décidées par le gouvernement. Désormais, le télétravail est imposé quatre jours sur cinq là où c'est possible. Et la différence se voit dans les trains. Le nombre de voyageurs a à nouveau chuté à 70% des chiffres de fréquentation d'avant la crise sanitaire, constate la SNCB. En septembre et en octobre, le nombre de voyageurs était encore de 80% des volumes observés aux mêmes périodes en 2019.