Mons

Un Colfontainois, père de 6 enfants, avait tout perdu dans un incendie.

L'été s'annonçait radieux pour les Zimmermann, mais il a rapidement viré au cauchemar. La semaine dernière, ces Colfontainois étaient partis en vacances à la mer. Ils ont toutefois dû écourter leur séjour, car leur maison avait pris feu. Les Zimmermann ont ainsi tout perdu, et leurs déboires ne devaient pas s'arrêter là.

Difficile en effet de reloger une si grande famille dans l'urgence. Ce sont les CPAS qui interviennent généralement dans ces cas-là. Mais celui de Colfontaine n'avait pas de maison disponible et assez grande pour loger la famille. Les Zimmermann ont donc été dirigés vers l'immobilière sociale Toit & Moi. Mais après une solution promise dans l'immédiat, la famille a été priée d'attendre jusqu'au mois de septembre.

Warren Zimmermann a alors décidé de planter sa tente devant les bureaux de l'immobilière sociale, lundi à Mons. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, il explique son action. "Je vais passer la journée ici, la nuit s'il le faut", commente le père de famille. "Je ne trouve pas normal qu'après un incendie, on laisse une famille nombreuse à la rue."

La ténacité du père de famille aura eu raison des déboires administratifs auxquels il était confronté. La loi réglemente en effet le nombre de chambres nécessaires en fonction de la composition familiale. Normalement, seuls deux enfants du même sexe et âgés de moins de 10 ans peuvent partager la même chambre. Si bien que le logement de trois chambres qui était prévu à la famille Zimmerman ne répondait pas à ces normes. Les Colfontainois auraient dû attendre septembre pour une plus grande maison, mais n'avaient pas de solution d'ici là.

"Nous avons pu trouver une solution pour faire une exception", explique Pierre Claerbout, directeur de Toit & Moi. "Le papa était désemparé et c'est normal vu sa situation. Nous avons donc pu leur obtenir ce logement avec trois chambres en attendant. La famille a ainsi pu être réunie avant la rentrée scolaire. Nous avons par ailleurs pu leur fournir une cuisinière électrique et des vêtements que nous avions récoltés."