Elles font désormais partie du paysage et permettent d’attirer l’attention des automobilistes à l’approche d’une école et plus spécifiquement encore d’un passage clouté. Les figurines Arthur et Zoé viennent pourtant d’être la cible de dégradations. À Mons, c’est Zoé qui en a fait les frais. À Quaregnon, Arthur a été volontairement détruit. Selon un témoin, quatre jeunes filles se sont attelées à la tâche mais ce dernier est arrivé quelques minutes trop tard pour réagir, les auteurs ayant pris la fuite.

© DR

"Zoé est partie rejoindre certains éléphants. Elle aura en tout vécu 6 jours. Je suis vraiment très très en colère", commente l’échevine de l’enseignement à Mons, Catherine Houdart (PS), en faisant la comparaison avec les éléphants installés en centre-ville, eux aussi victimes de dégradations. Même amertume du côté de Quaregnon, où Jean-Pierre Lépine (PS) ne décolère pas. "C'est regrettable de s'attaquer à ce genre de symbole. Il s'agit d'une dégradation purement gratuite, je n'ai pas de mots pour qualifier ce genre d'individus." Une plainte sera officiellement déposée ce vendredi matin. "C'est un acte qui mérite une lourde sanction. Je ne peux qu'espérer que les auteurs seront identifiés."

Les figurines Arthur et Zoé représentent une manière ludique et efficace d’assurer une bonne signalisation pour la sécurité et la protection des écoliers. Elles sont pourtant régulièrement abimées, ou même volées. Force est donc de constater que certains n’ont pas compris leur importance.

© DR