Mons

Ils ironisent sur la piste cyclable. Ça n'amuse pas l'échevin Marc Darville

La piste cyclable qui a vu le jour à Mons, reliant le boulevard Churchill d'un côté au pont de Ghlin et au rond-point de la porte du Parc de l'autre, ne donne pas entière satisfaction au collectif des cyclistes gonflés. Depuis novembre dernier, ils dénoncent les absurdités auxquelles ils sont confrontés en circulant à deux roues dans la Cité du Doudou.

Cette semaine, c'est donc à la piste cyclable de la porte du Parc de faire les frais de leurs commentaires décapants. Cette piste cyclable est partagée. Surtout, elle n'est pas sortie de terre après un laborieux chantier. Un chemin piéton existant s'est simplement transformé en piste cyclable partagée après qu'un panneau y a été planté "d'un coup de baguette wallonne". L'aménagement a donc été réalisé pour un coût estimé à 48,32 euros. "C'est moins cher que l'intégrale de Louis De Funès en DVD", commentent les cyclistes gonflés.

Soit. Mais photo à l'appui, le collectif démontre que cette nouvelle piste qu'on leur propose est déjà largement empruntée par les piétons, laissant peu de place aux petites reines. Pire, de hautes bordures en compliquent l'accès. "Faut bien mettre un peu de piment dans la vie des handicapés en chaise roulante et des parents avec poussette", relèvent encore les cyclistes gonflés.

Même sur le ton de l'humour, la complainte du collectif montois n'amuse pas beaucoup l'échevin Marc Darville qui a hérité depuis peu de la Mobilité. "Je peux entendre toutes les plaintes", répond Marc Darville. "C'est vrai qu'il y a des choses qui ne vont pas. Pas mal de dossiers ont déjà avancé avec mon prédécesseur. D'autres sont en cours. Certains problèmes dépendent du SPW. Ils sont ciblés et discutés à la Région wallonne. Mais pour tout ça, des groupes de dialogue et des commissions existent. Pro-Vélo et le Gracq en font partie. D'ailleurs, ils se désolidarisent des méthodes employées par les cyclistes gonflés. Plutôt que de se foutre de la gueule des gens, ils sont invités à venir s'expliquer lors de la prochaine commission vélo." Reste à voir si nos cyclistes ne se dégonfleront pas et répondront à l'appel.