Plusieurs centaines d'enfants ont défilé dans le village. La demande émanait d'élèves.

Dans la classe de cinquième primaire de l'école des Filles de la Sagesse de Saint-Symphorien, une petite boite aux lettres est installée. A travers elle, les élèves peuvent adresser des messages en toute tranquillité à leur institutrice. Surprise, il y a quelques semaines ! Madame Alice a découvert dans une missive que ses bambins souhaitaient manifester pour le climat, comme cela se fait depuis des mois dans plusieurs villes du pays.

La demande a aussitôt trouvé un écho favorable et toute la classe s'est retroussé les manches. "Nous avons commencé par analyser des articles de presse sur les manifestations pour comprendre ce que les jeunes recherchent à travers ces rassemblements", explique Alice Marlier. "Les élèves ont ensuite assisté à une animation du C.N.C.D. pour mieux appréhender les enjeux climatiques. Nous avons aussi reçu l'un des organisateurs des manifestations pour le climat à Mons avec qui les élèves ont pu réaliser des pancartes."

Enfin, l'union faisant la force, les élèves de cinquième ont pris leur bâton de pèlerin pour mobiliser les autres classes, mais aussi leurs camarades de l'école communale. Jeudi midi, ils étaient plusieurs centaines à battre le pavé au cœur de Saint-Symphorien, "plus chauds que le climat".

"C'est important de sauver la planète. On espère qu'en manifestant tous ensemble, notre message sera entendu", nous confie la petite Lise. "Les jeunes représentent l'avenir, c'est beau de les voir mobilisés", ajoute son institutrice de l'école communale. "Nous pouvons espérer que cette génération va apporter du changement. Mais il ne faut pas attendre, des mesures s'imposent déjà maintenant."

La manifestation de ce jeudi à Saint-Symphorien n'est qu'une première étape. En effet, plusieurs classes ont déjà entamé des réflexions sur la réduction des déchets. Dans les semaines à venir, des actions concrètes devraient ainsi être prises en faveur de l'environnement.

Après Anvers, Bruxelles, Charleroi, Liège, Mons ou encore Tournai, le petit village de Saint-Symphorien rejoint donc le combat. Le rejet d'une loi climat à la Chambre la semaine dernière ne devrait pas calmer les ardeurs de nos jeunes défenseurs de la planète.