Ce mercredi, la ville de Mons annonçait qu’elle emboitait le pas à Liège, première ville wallonne à avoir adopté des dérogations pour permettre au secteur culturel d’accueillir bien plus de 200 personnes, tout en veillant évidemment au respect des règles sanitaires en vigueur. Une bouffée d’oxygène qui a été accueillie plus que favorablement par les professionnels d’un milieu particulièrement touché par la crise et qui tardait à voir une éclaircie pointer son nez.

"Je remercie l’intelligence et la clairvoyance du bourgmestre qui, tout en respectant les règles sanitaires, trouve des solutions pour que les artistes puissent travailler et que le public puisse revenir, ce qui nous permet de poursuivre notre travail de démocratisation de la culture auquel nous sommes tous très attachés" confirme le directeur de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie (ORCW), Laurent Fack.

Pour Philippe Degeneffe, directeur général de Mons Arts de la Scène, "la décision du Bourgmestre est un immense soulagement pour MARS. Après six mois d’arrêt, nous voyons enfin le bout du tunnel, nous allons pouvoir ouvrir la saison 20-21 dans des conditions acceptables et nous nous réjouissons des prochaines retrouvailles avec les artistes et le public."

"Ces nouvelles mesures envoient un signal positif très fort quant à la reprise de notre activité même si elle ne reste que partielle pour le moment. Nous vivons une période extrêmement compliquée mais ces nouvelles dispositions nous permettront de souffler un peu en attendant un retour à la normale", conclut enfin Salvatore Anzalone, directeur du Théâtre Royal de Mons.

Concrètement, un siège devra être inoccupé entre chaque spectateur ou entre chaque bulle familiale (les membres d’une même bulle n’étant pas tenus de respecter la distanciation sociale) et un balisage devra être mis en place afin d’éviter les croisements à l’entrée et à la sortie des spectacles. Ces nouvelles dispositions concernent l’ensemble des lieux culturels montois. Des mesures additionnelles pourront cependant être prises en fonction des lieux et de la nature des activités qui s’y déroulent.