La prévention et le dépistage de la Covid sont au cœur de l’actualité depuis un bon bout de temps maintenant au détriment d’autres maladies comme le cancer. Le mois de mars changera peut-être la donne puisqu’il est le mois dédié à la prévention et au dépistage du cancer colorectal en Belgique. Le CHU Ambroise Paré a donc décidé de mener une campagne de sensibilisation qui se veut ludique.

Chaque année, près de 8.000 nouveaux cas sont diagnostiqués en Belgique. Il s’agit de la deuxième forme de cancer la plus courante chez les femmes et de la troisième forme la plus fréquente chez les hommes. "Le cancer colorectal est une maladie qui s’installe progressivement et silencieusement, la diagnostiquer tôt dans son évolution améliore grandement les chances de guérison", informe Stéphane Holbrechts, médecin chef du service d’oncologie du CHU Ambroise Paré. "La prévention et le dépistage jouent donc un rôle essentiel".

La pandémie n’a pas aidé à augmenter le nombre de dépistage du cancer colorectal, bien au contraire. "Nous avons entendu lors de la première et de la seconde vague qu’il y avait eu moins de cancers, c’est faux !", affirme le docteur Frédéric Flamme, médecin chef du service de gastro-entérologie. "Il y a eu moins de dépistages, moins de coloscopies et les patients ont tardé à se présenter chez leur médecin traitant ou à l’hôpital".

Cette année, les équipes de gastro-entérologie, de chirurgie et d’oncologie du CHU Ambroise Paré se sont mobilisées pour proposer à la population une vidéo d’animation mettant en scène deux figures montoises bien connues. "Déjà en 2019, nous nous étions entourés de Diel, célèbre dessinateur de la région, pour l’édition d’une brochure explicative du cancer colorectal et de son dépistage ainsi que la création d’un parcours illustré mettant en scène les acteurs du Doudou.", explique le docteur Frédéric Flamme. "Cette année, Saint-Georges et le Dragon, étant en congés forcés, se sont invités dans notre vidéo afin de promouvoir le dépistage !".

Cette vidéo, qui sera diffusée sur les différentes plateformes de l’hôpital dès lundi, aura pour but de sensibiliser le plus grand nombre. "En Hainaut, le taux de participation à ce dépistage ne dépasse pas les 15% !", poursuit le Docteur Stéphane Holbrechts. "Ce chiffre est interpellant vu la facilité de réalisation du test. Nous nous efforçons à rendre le sujet moins tabou et à lutter contre les idées reçues en proposant notamment diverses actions de sensibilisation". A noter également que ces tests de dépistage sont disponibles chez les médecins généralistes mais également en ligne. Ils sont même gratuits, tous les deux ans, pour les personnes âgées de 50 à 74 ans. Tout est donc mis en œuvre pour que le taux de dépistage de ce cancer augmente rapidement.