Mons

Le procès d'assises pour le meurtre de l'oncle de Jacqueline Galant a entamé sa seconde semaine.

Ce lundi, l'avocat général Gilles Dupuis a demandé lundi aux jurés de la cour d'assises du Hainaut de prononcer la culpabilité d'Eric Van Hoe, de Geoffrey Simoncini et de Gabriel Place, les trois accusés qui comparaissent à la suite d'un vol avec violence qui s'est déroulé le 25 novembre 2016 à Jurbise. Ce soir-là, Michel Robette (83 ans) avait été torturé et tué dans son habitation. Pour Gilles Dupuis, la culpabilité de Geoffrey Simoncini et de Gabriel Place du meurtre de Michel Robette ne fait aucun doute en raison de plusieurs éléments: aveux, traces de leurs semelles relevées dans la maison, ADN, etc.

Pour Eric Van Hoe, qui conteste sa présence sur la scène de crime, l'avocat général constate qu'il connaît Geoffrey Simoncini car ils fréquentent tous deux le milieu des SDF. Les autres l'accusent aussi, notamment d'avoir usé de la ruse pour inciter Michel Robette à ouvrir sa porte. Son ADN a par ailleurs été relevé sur une bouteille de bière, brisée, retrouvée près du corps de la victime. Les mêmes bières se trouvaient dans la buanderie chez la victime. 

Quant au pack avec quatre bières restantes, il se trouvait dans la voiture de la victime, retrouvée près de la Haine. Eric Van Hoe en a offert une à une jeune femme venue témoigner devant la cour. Ce témoin a vu un marteau ensanglanté dans la voiture. "Le mensonge fait partie de son mode de fonctionnement, comme l'ont déclaré les psychiatres", insiste l'avocat général.

Pour l'avocat général, Eric Van Hoe a bien participé au vol avec violence. "Son casier judiciaire atteste qu'il peut se montrer violent, il a été condamné à plusieurs reprises". Il relève que Michel Robette a été tué par de violents coups portés à la tête. "Il fallait le tuer afin qu'il n'identifie pas Geoffrey Simoncini".

Il demande aussi de prononcer la culpabilité de ce dernier. "Il a livré des informations fondamentales à son ami, sous le coup de l'émotion, et ne minimise pas sa participation au crime, quelques heures après les faits. Il a dit qu'ils avaient, tous les trois, frappé Michel Robette avec le maillet. Plusieurs témoins ont reçu ses confessions"

Pour l'accusation, il avait la volonté de s'associer au crime. "Il avait le plus intérêt à ce que la victime décède car elle le connaissait. De plus, il voulait utiliser sa carte de banque. Il n'a jamais appelé les secours et a participé au nettoyage de la maison pour effacer toutes les traces".

Enfin, il demande aussi de prononcer la culpabilité de Gabriel Place, lequel conteste avoir porté des coups. "Il reste relativement discret sur ce qu'il a fait. Il est clair qu'il a bien vu ce qu'il se passait mais il s'y est associé". Comme Geoffrey Simoncini, il doit être déclaré coupable des vols commis dans des habitations à Mons et Jurbise, la semaine précédant le meurtre de Michel Robette, estime l'avocat général.