La cour d'assises du Hainaut a tiré au sort, lundi, les jurés qui seront chargés de juger, dès jeudi, Alain Brondelet accusé d'un vol avec violence d'une somme de cent euros et d'un porte-cartes, avec la circonstance qu'un meurtre a été commis pour faciliter le vol ou en assurer l'impunité. Le port d'une arme prohibée et des menaces d'attenter à la vie de deux hommes témoins directs des faits, lui sont aussi reprochés. Sept hommes et cinq femmes formeront le jury effectif. Un homme et trois femmes seront jurés suppléants.
 
Le 11 avril 2019, le corps sans vie de Patrick Candaten était retrouvé dans un immeuble abritant des kots à la rue de la Petite Boucherie à Mons. La victime avait de nombreuses lésions au visage et les murs de son studio étaient recouverts de sang. Le désordre régnant dans la pièce laissait à penser qu'il y avait eu une bagarre.
 
Interrogée par la police, la petite amie de la victime a raconté que Patrick avait un différend d'ordre financier avec Alain Brondelet, autre locataire de l'immeuble. Ce dernier lui réclamait de l'argent, de manière virulente, après la réalisation de travaux dans son logement. Cette information fut confirmée par le propriétaire de l'immeuble qui, le 10 avril en soirée, reçut un coup de téléphone d'Alain lui indiquant que Patrick lui devait de l'argent.
 
Alain Brondelet a été arrêté le lendemain, en se rendant à la rue de la Petite Boucherie où la police l'attendait. Sur lui, les policiers retrouvèrent un coup de poing américain. Il dit avoir donné un violent coup de poing dans le nez de la victime car celle-ci l'insultait, tout en consommant de l'alcool. Il fut surpris d'apprendre le décès de son voisin.

Mais sa version ne collait pas aux constatations médico-légales, ni aux déclarations de deux témoins directs de la scène de coups, deux jeunes qui travaillaient dans l'immeuble avec l'accusé et la victime. Selon les deux garçons, les quatre hommes ont travaillé dans l'immeuble le 10 avril mais Alain vidait les canettes de bière et de whisky, les unes après les autres, en reprochant à Patrick de ne pas beaucoup travailler. Vers 17h30, une bagarre a éclaté entre les deux hommes. Alain a pris rapidement le dessus sur son adversaire, le tirant vers la cuisine pour le frapper de coups de poing et de pied notamment au niveau du visage. Pétrifiés par la violence de cette scène, les deux jeunes ont pris la fuite.
 
Condamné à plusieurs reprises pour des faits de violence, Alain Brondelet était en période probatoire au moment des faits. Le procès debute jeudi à 9h00.