Mons

Les différents chefs de sections étaient conviés à une réunion préparatoire ce mardi.

J-1 avant l'ouverture du Doudou avec le verre du bourgmestre ce mercredi soir. L'occasion pour le commissaire Philippe Borza, directeur des opérations de la zone de police Mons/Quévy, de convoquer une cinquantaine de personnes dans les locaux du Lotto Mons Expo. On pouvait y apercevoir les chefs de sections, officiers de la police montoise, représentants des renforts spécialisés de la police fédérale, de la police judiciaire, mais aussi de chacune des zones de police voisines qui épauleront leurs collègues montois durant cet événement qui rassemble chaque année près de 250 000 personnes.

La première partie, ouverte à la presse, abordait différents thèmes plus généraux comme le planning, les différentes menaces ou les dispositifs prévus pour cette édition du Doudou. "L'objectif est de fournir un maximum d'informations qu'ils pourront ensuite répercuter à leur tour auprès de leurs effectifs", souligne le commissaire Borza. "Un ordre d'opération leur avait été précédemment envoyé mais cette séance était l'occasion d'insister sur des points importants et de lever certains questionnements."

© SH

Devant ses différents collègues et confrères, le directeur des opérations a rappelé chacun des points de vigilance à observer : mouvements de foule éventuels, risques terroristes, potentiels accidents, secteurs à risque, interdictions diverses, sécurité des parkings, etc. Une partie plus confidentielle était ensuite prévue. "Nous leur avons présenté tous les aspects opérationnels plus précis et plus confidentiels : les attentes, le bien-être du personnel, la sécurité de chacun, tous les points d'attention, les numéros de contact, les fréquences radio, etc."

Durant ce Doudou 2019, ce sont près de 1600 prestations policières qui seront effectuées. Avec évidemment des renforts des zones voisines, de la police fédérale mais aussi de la gendarmerie française. Le tout sera coordonné par Philippe Borza et son équipe. "Nous sommes évidemment très sollicités. Durant le Doudou, je ne dors en moyenne que 2 ou 3 heures par nuit. Heureusement, l'équipe qui est très soudée est présente pour nous épauler. Nous nous structurons chaque année davantage pour être prêts le jour-J."