Les citoyens français sont venus voter en masse dans le bureau de Cuesmes

CUESMES La tradition veut que les Français de l’étranger participent davantage aux élections que ceux de l’hexagone. Malgré la pluie et les bourrasques, nous avons pu le constater hier, à la salle Calva de Cuesmes, qui accueillait deux bureaux de vote pour un peu moins de 2.000 inscrits.

Des bureaux qui n’ont pas désempli de la journée, malgré la pluie. “Auparavant, les électeurs pouvaient aller voter dans le bureau de leur choix. Cette fois, ils étaient obligés de venir dans celui de leur circonscription”, narre Olga Zrihen. Vice-présidente du PS belge et sénatrice, la Louviéroise a la double nationalité. À ce titre, elle était déléguée de François Hollande et du PS français au bureau de Cuesmes. “Un collègue de l’UMP devait être présent aussi, mais il n’est pas venu…”

Le rôle des délégués est simple : s’assurer que les bureaux et isoloirs sont bien disposés, que les affiches des candidats sont bien visibles, que l’accueil des électeurs est fait dans les règles, aider les présidents de bureau et la secrétaire consulaire à régler les éventuels soucis administratifs des électeurs, s’assurer que les informations qui leur sont transmises sont bien exactes. “Je suis une sorte de témoin, en fait.”

Le vote présidentiel français est différent du système belge. Pas de liste ici, mais jusqu’à dix feuilles (au minimum deux) avec le nom de chaque candidat à emmener dans l’isoloir. L’électeur glisse ensuite la feuille de son choix dans une enveloppe, puis dans l’urne. Les autres feuilles sont jetées à la poubelle.

Parmi ces électeurs, Jacky, de Soignies, la soixantaine bien entamée : “Je suis en Belgique depuis 44 ans et je vote pour la première fois de ma vie. Pourquoi ? Lors des élections précédentes, le favori me convenait… Mais je ne veux pas laisser la France aller au désastre. J’ai voté Sarkozy. Aux législatives, je voterai FN. Il n’y a pas de raison que 20 % des Français ne puissent être représentés au Parlement.”

D’autres électeurs ne cachaient pas avoir voté Hollande, mais aussi Mélenchon, Le Pen ou Bayrou…



© La Dernière Heure 2012