Mons

La Descente de la châsse a donné le coup d'envoi de la ducasse rituelle samedi à Mons.

Du Doudou, on connaît évidemment le combat de Saint-Georges contre le dragon, les bars, les concerts et autres festivités folkloriques qui animent Mons durant près d'une semaine. Mais c'est aussi et avant tout un hommage à Sainte-Waudru, patronne de la ville. L'Histoire veut qu'elle libérât Mons d'une épidémie de peste en 1348.

Sept siècles plus tard, les Montois lui témoignent encore et toujours leur gratitude à travers une ducasse rituelle dont le coup d'envoi a été donné samedi soir avec la traditionnelle Descente de la châsse. Pour l'occasion, les reliques de Sainte-Waudru sont descendues d'au-dessus du maître-autel où elle trône toute l'année. Elle pourra ainsi dimanche faire le tour de Mons, montée sur le Car d'Or et sous les ovations du public.

A travers cette Descente de la châsse, l'autorité religieuse confie donc aux autorités civiles les restes de Sainte-Waudru pour lui demander d'assurer la sécurité de la patronne durant la procession. Un passage entre le pouvoir spirituel, représenté par le doyen de la collégiale Sainte-Waudru, et le pouvoir temporel, représenté par le bourgmestre de Mons.

Et c'était une première pour Nicolas Martin, devenu bourgmestre en titre de la Cité du Doudou en décembre. Rappelant que ce dernier avait d'abord campé comme acteur du petit Lumeçon le rôle de Diable, allié du dragon, le doyen a salué la prise de fonction du nouveau bourgmestre. "Cette cérémonie est comme un baptême qui vous institue dans votre fonction mayorale", a souligné le doyen. "Car on ne devient vraiment bourgmestre de Mons qu'une fois qu'on a fait la Ducasse. Et si vous avez besoin d'un parrain, vous en trouverez certainement un chez notre ancien bourgmestre, Elio Di Rupo."

Première vague d'applaudissement nourris pour l'ancien mayeur qui avait évidemment été invité à assister à la Descente de la châsse. Après que les reliques lui ont été confiées, Nicolas Martin a à son tour pris la parole, témoignant du grand pouvoir de Sainte-Waudru. "Seule Sainte-Waudru pouvait transformer le petit diable que j'étais en protecteur de sa relique", s'est amusé le nouveau bourgmestre. Deuxième vague d'applaudissements nourris. La ducasse rituelle est officiellement lancée.