Mons

L'entreprise déplore l'action en justice de l'organisation syndicale

En fin de matinée, la direction a officiellement réagi à cette annonce. « La direction confirme qu’une action judiciaire a effectivement été entreprise par la FGTB et qu’elle en a été informée hier. Cette action vise à ordonner la cessation de prétendus faits de discrimination, formellement contestés », peut-on lire dans un communiqué.

« La direction s’étonne de cette démarche de la FGTB alors même que toutes les voies habituelles de conciliation n’ont pas été épuisées. Le bureau de conciliation de la Commission paritaire, lieu habituel de résolution de ce type de conflit, n’a pas été saisi. » Rappelons que le discours est différent du côté du syndicat, qui évoque un dialogue impossible et aucune volonté de concertation.

Pour la direction de NGK Céramics, cette action en justice « est manifestement menée en représailles de sanctions que la direction a dû prendre face à des comportements totalement inacceptables (harcèlement, sabotages,…) de certains travailleurs. » Enfin, « la direction réfute les accusations de discrimination énoncées par le permanent FGTB et signale qu’elle adopte en la matière une attitude parfaitement similaire à l’égard de tous les travailleurs. »

C’est malgré tout devant les tribunaux que le dossier se poursuivra. « L’affaire sera traitée dans les prochaines semaines par les juridictions du travail dans un climat que la direction espère serein. » Force est de constater que sur les faits évoqués, les versions diffèrent. La justice devra trancher.