Progressivement, la vie reprend sur le site des anciens Laminoirs de Jemappes. Et une nouvelle étape pourrait être franchie avec ce projet de salle événementielle. Une ASBL de Boussu a en effet déposé une demande de permis pour aménager l’une des parties de l’ancienne usine qui a fermé ses portes en 1982.

Avec son décor de vestige industriel, ce nouvel espace culturel pourrait faire écho au côté underground du Rockerill à Charleroi. Des concerts, des soirées électro ou encore des expositions éphémères pourraient y être organisés. Chez nos voisins carolos, la reconversion des anciennes forges a été couronnée de succès et touche à plusieurs domaines en s’étalant sur différents espaces. À Jemappes, la capacité prévue est plus modeste. L’unique salle pourrait accueillir jusqu’à 240 personnes. Mais il faut pour commencer obtenir le permis demandé.

Cette demande fait l’objet d’une enquête publique qui vient de s’ouvrir et qui se clôturera le 18 mai. Le dossier est consultable auprès de l’administration de la Ville de Mons. Le collège sera amené à remettre un avis sur cette demande avant que le fonctionnaire délégué de la Région wallonne délivre le permis ou pas.

En tout cas, la nouvelle vie des Laminoirs de Jemappes semble s’articuler autour des loisirs. Pour rappel, l’usine avait fermé ses portes en 1982 en laissant 1.200 travailleurs sur le carreau. Un séisme qui a lourdement affecté la commune montoise. La Spaque s’est occupée de dépolluer le site durant plusieurs années grâce à des fonds européens pour un montant de 13,5 millions d’euros. Le chantier titanesque a pris fin en 2017. Depuis, plusieurs activités y ont pris leur quartier comme un espace de paintball, un complexe de foot indoor ou encore un marché de brocanteurs.