Depuis mercredi, des musiciens de l'Orchestre royal de Chambre de Wallonie, l'ORCW, sillonnent les sites hospitaliers d'Epicura à Ath, Baudour et Hornu. Ils jouent des extraits d'œuvres musicales dans une dizaine de services tels que la dialyse, l'hôpital de jour oncologique ou encore la gériatrie. L'UMons a en effet eu l'idée de réunir l'ORCW et Epicura autour d'une expérience inédite de musicothérapie qui prend une tonalité toute particulière avec la pandémie de coronavirus.

Alors que la crise sanitaire perdure depuis un an et pèse sur le moral de tous, notamment le personnel soignant et les patients, les possibilités de se changer les idées sont fortement limitées avec le confinement. Les salles de concert étant toujours fermées et le secteur culturel à l'arrêt, l'idée est venue de faire venir les musiciens de l'ORCW au cœur de l'hôpital, avec toutes les mesures de précaution nécessaires.

"La musique est un excellent moyen de communication, malgré les différences qui nous caractérisent", explique François Burhin, directeur général d'Epicura. "L'art contribue à notre bonheur et aussi à notre santé et notre bien-être. La musique apaise, invite à l’évasion, elle permet à l’esprit de s’extraire de la réalité pour vagabonder dans un moment de plaisir et de détente."

Les musiciens de l'ORCW apportent ainsi un rayon de soleil au sein des services d'Epicura. Mais pour eux aussi, l'opération est accueillie comme une bouffée d'oxygène. Vahan Mardirossian, directeur musical de l’ORCW et Laurent Fack, directeur général de l’ORCW, ont d'ailleurs pris part au projet avec beaucoup d'enthousiasme. D'autant plus que ce mardi marque le triste anniversaire du plan d'urgence dans les hôpitaux et du confinement de la culture. "La culture est nécessaire à l’épanouissement, au développement harmonieux, au bien-être et à la santé mentale de chacun. L’interaction avec le public nous manque. Cette expérience de musicothérapie avec EpiCURA réjouit nos musiciens", explique Laurent Fack, directeur général de l’ORCW.

Lorsque l'orchestre basé à Mons pourra retrouver les planches, pas sûr qu'il boude les hôpitaux pour autant. Le Professeur Hendrick de l'UMons est en tout cas convaincu des bienfaits de la musicothérapie et cette expérience inédite pourrait être reconduite. "La musicothérapie constitue une approche thérapeutique qui a fait ses preuves dans de nombreux domaines comme les troubles de la parole, la maladie de Parkinson ou d'Alzheimer, les victimes d'AVC et de traumatismes crâniens... En outre, la musique agit également sur le climat relationnel et l’ambiance institutionnelle", explique le Professeur Hendrick.

On l'aura compris, la culture, et la musique plus particulièrement, sont bonnes pour la santé. Certains se tuent d'ailleurs à le répéter depuis un an à ceux qui gèrent la crise sanitaire.