Les membres du personnel de la commune et du CPAS de Quiévrain déplorent un manque de considération

La bourgmestre de Quiévrain, Véronique Damée, s’exprimera sur le sujet lors du prochain conseil communal.

F.D.
Les membres du personnel de la commune et du CPAS de Quiévrain déplorent un manque de considération
©BELGA

La colère gronde au sein de l'administration communale de Quiévrain et du CPAS. La CSC Services publics déplore en effet le manque de considération envers le personnel de la commune et du CPAS. Malgré de nombreuses réunions techniques, concertations et négociations avec l'autorité politique, un protocole de désaccord a été signé par la CSC Services publics suite à la modification des statuts et du règlement de travail.

Lors de la dernière négociation, au refus de la mise en place du télétravail, l'autorité donne pour explication que le personnel n'en veut pas, qu'il y a un manque d'équité entre les ouvriers et les employés et que ce serait un jour de congé supplémentaire pour certains agents. "Ce principe d'équité semble être à géométrie variable pour cette administration qui devrait alors montrer l'exemple en nommant l'ensemble de son personnel pour ne pas afficher du favoritisme", commente la CSC.

"Par ailleurs, lors de l'assemblée générale que nous avons organisée, le personnel communal et du CPAS a été sondé par courrier et nous avons obtenu 60% de signatures positives. C'est bien la preuve qu'il y a une demande de mise en application du télétravail. Le télétravail étant établi sur base volontaire, il importe peu que la majorité n'y soit pas favorable, de toute façon", confie-t-elle ensuite.

Dans ce courrier, il était également question de remettre les quatre jours de don de sang, de bénéficier de tickets repas, de pouvoir bénéficier d'un certain confort de travail en disposant de matériel et de tenues adéquates en fonction des postes de travail, etc. "Malgré la crise, rien n'est mis en place pour aider les travailleurs à faire face au coût de la vie", regrette la CSC.

"Cette administration engage sans examen, prolonge des contrats de remplacement par des CDI, n'évalue pas son personnel pour bénéficier de l'évolution barémique et la politique du bien-être est quasiment inexistante. Le personnel n'a droit à aucun avantage. De surcroit, le manque de management dans certains services et le peu de considération envers le personnel sont flagrants", ajoute la CSC. "Ce mardi 7 juin, à l'ordre du jour du conseil communal, est inscrite l'approbation des Statuts et du règlement de travail ainsi que le cadre du personnel alors que l'ensemble de ces documents n'a pas obtenu l'accord des organisations représentatives du personnel."

La CSC Services publics considère ce genre de passage en force comme un manque de respect envers le personnel et va déposer plainte à la Tutelle pour ces engagements ainsi que le non-respect de la concertation et des prérogatives syndicales.

"Cela démontre bien que cette autorité politique n'en a que faire de son personnel qui est resté malgré tout en poste durant les deux années COVID avec le peu de moyens mis à sa disposition et qui a toujours été présent pour répondre aux sollicitations de la population. Alors, considérer un jour en télétravail comme un jour de congé parait déplacé et irrespectueux du personnel fournissant un travail de qualité et assurant la continuité du service dans des conditions difficiles. Suite aux sollicitations des travailleurs, nous sommes dans l'attente d'une nouvelle rencontre permettant une négociation entre tous les acteurs plutôt qu'un passage en force", conclut la CSC.

Les autorités communales indiquent quant à elles vouloir attendre le conseil communal du 7 juin prochain pour s'exprimer.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be