Frameries: une distillerie clandestine démantelée

200 bouteilles d'alcool ont été saisies.

U.P.
Frameries: une distillerie clandestine démantelée
©D.R.

Fabriquer de l’alcool dans sa cave pour sa consommation personnelle, passe encore. Mais vendre sa production souterraine sur les marchés, il y a un pas que trois individus n’auraient pas dû franchir sans en avoir les autorisations nécessaires.

Jeudi matin, la police boraine a envoyé trois policiers du service environnement et trois agents de la BAC pour une opération dans une habitation de Frameries. Ils étaient également accompagnés de représentants de l’ONEM, de l’AFSCA et des douanes. L’objectif était de vérifier si de l’alcool était bel et bien fabriqué au sein de l’habitation.

Et les soupçons étaient fondés puisqu’un alambic et de nombreuses bouteilles d’alcool ont été découverts. Qui plus est, les trois distillateurs amateurs concernés vendaient également leur production sur les marchés locaux. Le tout sans aucune autorisation. Pas très malin quand on veut suivre les traces d’Al Capone…

Les trois distillateurs ont reçu trois PV de l’ONEM pour travail au noir, un PV de l’AFSCA et un PV des douanes pour la fabrication d’alcool. Celle-ci a également saisi l’alambic et environ 200 bouteilles d’alcool.

Du côté de la police, un PV lié au bien-être animal et une mise en demeure pour défaut de permis d’environnement et d’urbanisme ont été dressés. Les autorisations n’ont pas été demandées pour détourner le lieu de sa fonction initiale.

Pour rappel, fabriquer et commercialiser de l’alcool ne peut se faire que si l’on dispose des autorisations nécessaires. Ces dernières sont délivrées par le Service des Douanes et Accises du SPF Finances.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be