Coups de feu à Roisin: la cour d'appel estime que le tireur a été provoqué par son voisin

Le voisin, ancien champion du monde amateur de cyclo-cross, est grièvement blessé aux mollets. Il a gardé ses séquelles et il ne peut plus pratiquer de sport.

Coups de feu à Roisin: la cour d'appel estime que le tireur a été provoqué par son voisin
©SABLON FREDERIC

La cour d'appel du Hainaut a réformé, vendredi, un jugement du tribunal correctionnel de Mons, condamnant un octogénaire à une peine de trois ans de prison, assortie d'un sursis, pour des coups et blessures ayant entraîné une incapacité de travail de plus de quatre mois. La cour retient l'excuse de provocation, plaidée par Me Fabrice Guttadauria, et prononce une suspension du prononcé de la condamnation pour une durée de trois ans.

Le 16 janvier 2020, l'octogénaire tire des coups de chevrotine sur les jambes de son voisin, dans le cadre d'un conflit de voisinage à Roisin. Le voisin, ancien champion du monde amateur de cyclo-cross, est grièvement blessé aux mollets. Il a gardé ses séquelles et il ne peut plus pratiquer de sport.

Le jour des faits, le voisin du prévenu constate que les crochets d'une palissade qu'il a installée entre les deux propriétés ont été volontairement coupés. Il se rend chez ses voisins et se dispute verbalement avec sa voisine. La dame sort avec un trident entre les mains et s'avance vers lui. Pour la repousser, le voisin balance des pavés, de deux à quatre kilos. Le prévenu sort de son habitation et tire avec l'arme qu'il tient en mains. Il vise les jambes.

Pour la cour, le prévenu doit bénéficier de l'excuse de provocation. Du coup, les responsabilités sont partagées et une mesure de faveur doit être prononcée.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be