Mons-Borinage: Des élus locaux partis à la découverte du BHNS à Nantes

Une visite instructive avant de développer le projet dans notre région.

G.La
Mons-Borinage: Des élus locaux partis à la découverte du BHNS à Nantes
©Florian Fèvre — CC BY-SA 4.0

D'ici 2026, le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) reliera Boussu à Mons en empruntant la N51 qui traverse le Borinage. Un projet de grande ampleur (40 millions d'euros) qui bénéficie à plus de 60% du Plan de relance européen.

Rien n'est laissé au hasard pour concrétiser ce dossier qui va profondément changer la région. D'ailleurs, il y a quelques jours, des élus locaux se sont rendus à Nantes où le BHNS circule depuis 2006. Dans la Cité des Ducs, on avait longtemps planché sur un nouveau tronçon de tramway. Mais les études avaient révélé que le taux de fréquentation ne serait pas assez important pour rentabiliser l'investissement. Une autre idée avait alors germé: une ligne de bus de grande capacité, rapide, car roulant majoritairement sur site propre et avec des passages très fréquents. Bref, une sorte de tram, mais sur roues et moins cher. Le Busway de Nantes voyait le jour et il a apporté des changements notables dans la mobilité de la ville. Première échevine à Saint-Ghislain, Florence Monier fait partie des élus locaux qui ont pu les mesurer.

"Nous sommes parties avec Damien Jennart, bourgmestre de Quaregnon, Charlotte De Jaer, échevine de la Mobilité à Mons, ainsi que des élus de Charleroi et Liège qui sont également concernés par le BHNS", indique Florence Monier. "C'était très instructif. Nous avons eu une présentation, de nombreux documents et des statistiques. Le BHNS a apporté de réels changements en termes de mobilité à Nantes, avec une diminution importante du nombre de voitures."

Les élus n'ont pas fait que de la théorie. Ils ont évidemment fait un tour à bord du Busway de Nantes. "Nous avions la chance d'avoir un responsable avec nous qui connaissait le parcours sur le bout des doigts. A chaque rue, il pouvait nous expliquer les aménagements qui avaient été réalisés pour donner la priorité au BHNS et ne pas ralentir son passage. C'était très inspirant, ça nous invite à concevoir les choses autrement chez nous où on avait tendance à faire l'inverse", poursuit Florence Monier. "Le système fonctionne bien avec des passages fréquents et il y a un système de communication génial qui indique, comme pour le métro bruxellois par exemple, le temps d'attente avant l'arrivée des prochains bus."

Reste maintenant à monter à bord du BHNS le long de la N51. "C'est un beau projet fédérateur pour toute la région avec une importance capitale en termes de mobilité. Tout doit être opérationnel pour la fin de l'année 2026. Les TEC ont du plain sur la planche", conclut l'échevine de Saint-Ghislain.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be