Visite du chantier colossal de réhabilitation du canal Conde – Pommeroeul et de l'écluse d’Hensies

Les travaux avancent bien sur ce chantier primordial pour le développement de la navigation entre la France et la Belgique.

F.D.

Comme annoncé il y a quelques jours, les travaux de réhabilitation du canal Conde – Pommeroeul et de ses abords avancent bien. Sur place, les pelleteuses et grues poursuivent le curage et le recalibrage du canal pour permettre la remise en navigation et la mise en gabarit de bateaux de 3 000 Tonnes. Les enjeux d’un tel chantier sont nombreux et majeurs aussi bien pour la France que pour la Belgique.

Les objectifs d'une telle réhabilitation sont en effet multiples. "Ces travaux permettront notamment la création d'une liaison fluviale directe entre le canal à grand gabarit français et le canal du Centre en Belgique", indique Eric Thiébaut, bourgmestre d'Hensies. "A terme, les bateaux aussi bien commerciaux (jusqu'à 3 000 Tonnes) que de plaisance pourront faire leur retour sur le canal. Il permettra de réduire leur temps de parcours d'une demi-journée de navigation en leur évitant de passer par Tournai". La réhabilitation du canal Conde – Pommeroeul permet également d'éviter un investissement de 200 millions d'euros sur la section concernée du canal Nimy / Blaton. Du côté français, l'attraction économique et l'affluence du Grand Port Maritime de Dunkerque et des ports intérieurs se verront grandies.

Le curage et le recalibrage du canal de Conde – Pommeroeul ont débuté en septembre 2020 du côté français. Ils se poursuivent désormais à la frontière Franco-Belge entre la commune française de Saint-Aybert et la commune belge d’Hensies. Le chantier devrait prendre fin en septembre 2023. Un budget de 13 305 281 euros est consacré à ce projet. Le montant est pris en charge à 40 % par l’Union Européenne, 25,5 % par la Région wallonne, 23,1 % par la Région des Hauts-de-France et à 11,4 % par les Voies Navigables de France (VNF) qui sont également les maîtres d’ouvrage.

En parallèle au chantier principal, les abords du canal sont également rénovés. Une partie rocheuse prendra place en contrebas. Un peu plus haut se trouvera une prairie humide de fauche extensive sur géotextile, surplombée par une autre prairie humide de fauche extensive et d’une prairie mésophile de fauche extensive. La surface plane, empruntée par les vélos et les piétons, sera quant à elle aménagée de pelouse rase.

De nombreux autres ouvrages profitent également de ce chantier colossal. C’est le cas, en France, du pont de Saint-Aybert, remis à neuf en 2018. A Hensies, l’écluse sera totalement rénovée. Les bâtiments de commande de cette dernière ont également été reconstruits pour un montant d’un peu plus d’1,5 million d’euros. Les travaux ont débuté en novembre 2020 et devaient se poursuivre pendant 300 jours ouvrables. Ces délais ont quelque peu été rallongés à cause d’une faillite d’entreprise. Ce sont désormais les entreprises Favier SA qui s’occupent du chantier dont le maître d’ouvrage est le SPW Mobilité/Infrastructures.

Le plus grand parc photovoltaïque de Wallonie viendra également, à terme, s’implanter aux abords de l’écluse d’Hensies. Bref, ces travaux présentent des intérêts non-négligeables pour la région qui profitera de ses retombées économiques.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be