Crise énergétique: le CPAS de Colfontaine a déjà épuisé deux tiers des aides disponibles

Le CPAS réclame par ailleurs des aides pour engager du personnel supplémentaire.

Crise énergétique: le CPAS de Colfontaine a déjà épuisé deux tiers des aides disponibles
©D.R.

Les factures s’accumulent et les montants s’envolent. La crise énergétique fait la une de l’actualité, et pour cause. Aujourd’hui, de nombreux ménages ne parviennent tout simplement plus à faire face. Un constat que dresse également le CPAS de Colfontaine, qui enregistre toujours plus de sollicitations de la part de citoyens désireux d’obtenir une aide en matière d’énergie. Problème, la structure ne pourra financièrement pas tenir.

"Habituellement, l'enveloppe prévue pour l'aide énergétique nous sert à aider les personnes les plus précarisées", explique Sylvie Muratore, présidente du CPAS. "Alors que la période hivernale arrive, notre centre a déjà épuisé deux tiers du crédit disponible, et ce malgré une dotation plus importante cette année." Une conséquence malheureusement logique du nombre de demandes formulées par la population auprès de la cellule énergie du CPAS.

"Elle l'est non seulement par nos bénéficiaires actuels, mais également par un nouveau public issu de la classe moyenne. Nous en voulons pour exemple les foyers au sein desquels les deux parents travaillent et ont un salaire décent mais pour lesquels, au vu des factures énergétiques élevées, joindre les deux bouts est devenu mission impossible."La structure sociale le sait, la tendance ne devrait pas s'inverser de sitôt.

En effet, les experts avancent des perspectives peu rassurantes, avec une crise énergétique qui pourrait s'installer sur le long terme. "Il faudra tenir compte de la part importante que vont prendre les charges dans le budget des ménages. En conséquence directe, un nombre important de ménages va basculer sous le seuil de pauvreté. On parle d'une augmentation de 40%." Pour faire face à l'augmentation grandissante du nombre de demandes d'aides sociales, le CPAS crie à l'aide.

"Il est urgent que de nouveaux fonds relatifs à l'aide en énergie soient créés ou que ceux existants soient renforcés et, surtout, que nous soyons en mesure de traiter ces demandes. Nous aurons besoin de subventions afin de pouvoir engager du personnel en suffisance." Un recrutement a déjà été réalisé au sein du CPAS de Colfontaine afin de renforcer les équipes. Mais en envisager d'autres n'est pas possible sans subsides supplémentaires.

D'autant que le salaire des agents a été indexé de 2% à plusieurs reprises. "Cette indexation est nécessaire et justifiée car ils subissent eux aussi la crise énergétique. De nouveaux sauts d'index sont annoncés et à cela s'ajouteront les progressions barémiques et autres augmentations. Outre ces augmentations salariales, nous devons, nous aussi, faire face à la hausse du prix de l'énergie et aux conséquences que cela suppose pour l'institution."

Face à ces difficultés, le CPAS réclame "des actes forts de la part du gouvernement en agissant directement sur les factures énergétiques de la classe moyenne", éventuellement en élargissant les bénéficiaires du tarif social, "afin d'éviter un afflux massif de citoyens auprès des CPAS." À défaut, la présidente espère "que des moyens financiers et humains pourront être débloqués pour nous permettre d'aider les Colfontainois à traverser cette nouvelle crise."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be