Retards, trains supprimés, correspondances loupées,... L'enfer continue pour les navetteurs de la ligne Mons-Quiévrain

Le député-bourgmestre Éric Thiébaut interpellera une nouvelle fois le ministre de la mobilité.

E. Brl.
Retards, trains supprimés, correspondances loupées,... L'enfer continue pour les navetteurs de la ligne Mons-Quiévrain
©D.R.

Si les campagnes de communication invitant les citoyens à se tourner vers les transports en commun se sont multipliées ces dernières années, force est de constater que l’offre ne permet pas toujours de trouver satisfaction. Le député-bourgmestre d’Hensies, Éric Thiébaut (PS), l’a une fois encore constaté de ses yeux en empruntant la ligne 97 Quiévrain-Bruxelles. À l’issue de son expérience, il entend interpeller le ministre de la mobilité, Georges Gilkinet.

"Je suis moi-même navetteur, je prends le train plusieurs fois par semaine pour me rendre à Bruxelles", rappelle Éric Thiébaut. "Je constate donc régulièrement les problèmes rencontrés par les usagers. Mais depuis la rentrée scolaire, je suis particulièrement sollicité par des parents d'élèves et par des navetteurs de ma commune et de la commune de Quiévrain. J'ai donc souhaité refaire l'expérience de monter à Quiévrain."

En temps normal, le bourgmestre prend plutôt son train au départ de Saint-Ghislain. "Le premier constat posé lorsque l'on arrive à Quiévrain, c'est que la gare est toujours dans un état catastrophique. Ca fait 20 ans que ça dure et c'est de pire en pire. C'est tout simplement scandaleux de constater que la SNCB ne règle pas ce problème, car ça donne une image lamentable du chemin de fer."

Le deuxième constat, c'est que les retards ou annulation de trains ne sont pas rares. "Des navetteurs ont montré des captures d'écran via l'application. Retards aux heures de pointe, suppression de correspondances, manque de places, suppression pure et simple de leur train,… Rien ne leur est épargné. Quant aux travailleurs de la SNCB, ils m'ont fait part d'un manque récurrent de personnel. Cela ne peut plus durer."

Le député avait déjà interpellé le ministre en charge au début de l'été. "Il avait évoqué un manque de maintenance et de personnel mais avait promis des améliorations. Les usagers viennent de reprendre le chemin du travail et de l'école et la situation semble plus catastrophique encore. Je taperai une nouvelle fois sur le clou afin que les choses bougent dès maintenant entre Mons et Quiévrain."

Objectif, que des améliorations concrètes soient visibles avant l’automne.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be