Quévy : refoulés aux portes d’une discothèque, deux individus tirent à l’arme lourde sur la façade

Les faits se sont déroulés le 20 novembre dernier et n’ont heureusement fait aucun blessé.

Thomas Donfut
Abattu par la police sur l’A8, Hakim Benladghem était connu des Français. De l’armement lourd a été retrouvé chez lui. Les enquêteurs ont appris que Memet avait acheté du matériel paramilitaire à de nombreuses reprises. Il faisait des démarches en vue d’acquérir notamment des vêtements en Kevlar, un riot-gun, des pièces de renfort pour protection de la nuque, des gants tactiques, une lampe tactique pour fusil d’assaut, un organe de visée point rouge, un casque antibruit.
Les deux individus étaient lourdement armés. photo prétexte. ©Stephanie Lecocq

Durant la nuit du 19 au 20 novembre dernier, un drame a sans doute été évité de peu dans un établissement de nuit de Quévy. Alors qu’ils venaient d’être refoulés de l’entrée d’une boîte de nuit, deux individus sont revenus peu de temps après lourdement armés avec probablement l’intention d’en découdre avec le portier qui les avait mis dehors. “Mais mon établissement était vide à ce moment donc personne n’a été blessé”, nous a confié le gérant de l’établissement. “En fait, on était en train de fermer et d’inviter les clients qui restaient à rentrer chez eux lorsque deux hommes ont montré certains signes d’énervement. Ils ne voulaient pas partir. Après une altercation verbale avec mon videur, ils ont enfin quitté les lieux sans pour autant proférer de menaces quelconques.”

Une heure plus tard, aux alentours de 7h le matin du dimanche 20 novembre, ils sont pourtant revenus. Et pas les mains vides puisqu’ils étaient armés de fusils de type M16, de véritables armes de guerre. “Ils ont tiré une rafale de balles dans la façade. J’ai dénombré 5 impacts qui ont causé des dégâts considérables. Heureusement, la porte et les vitres sont blindées et il n’y avait plus personne dans l’établissement donc pas de blessé.

Filmés par les nombreuses caméras qui se trouvent dans et autour de l’établissement, les individus n’ont pas pu éviter d’apparaître sur les images. “J’ai bien entendu fourni toutes ces images à la police qui, d’après ce que j’ai entendu dire, n’a pas mis longtemps pour les retrouver et les arrêter. Bravo à elle pour cette belle efficacité.

Une information qui ne nous a pas été confirmée par le Parquet et qui reste donc au conditionnel.

Quant aux faits, ils sont évidemment dénoncés par le gérant. “Nous vivons une période très difficile et des personnes comme ça risque d’envenimer la situation. Selon moi, il est logique de mettre dehors quelqu’un une fois la fermeture arrivée. C’est un peu comme si vous faisiez vos courses dans un supermarché et qu’au moment de la fermeture, vous décidiez de rester dans le magasin malgré les injonctions des membres du personnel…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be