Sirault : une tentative d’assassinat requalifiée en menaces par geste

Le prévenu avait été poursuivi pour avoir tenté d’assassiner son beau-fils. Il écope aujourd’hui de deux ans de prison assortis d’un sursis probatoire.

Margaux Piron
bauweraerts arme fusil pistolet carabine chasse braquage coup de feu.jpg
©BAUWERAERTS DIDIER

Le tribunal correctionnel de Mons a prononcé une peine de deux ans de prison assortie d’un sursis probatoire de 3 ans à l’égard de Kévin (prénom d’emprunt).

L’homme de 43 ans était poursuivi pour avoir tenté d’assassiner son beau-fils avec qui l’entente était loin d’être tendre.

Le 9 novembre 2018, vers 19h, le prévenu a clairement pété les plombs. Il s’était muni d’une carabine de calibre 22 qui se trouvait dans sa chambre et avait pris le volant jusqu’au domicile de son beau-fils à Sirault.

Sous la colère mais également la boisson, Kevin avait tiré à une reprise dans la porte du garage où se trouvait non pas le beau-fils mais son père. La balle avait traversé de plein fouet la porte métallique avant de s’enfoncer dans un mur situé à proximité de la victime.

L’arme a été saisie et examinée par les experts. Il en ressort de leurs conclusions que la trajectoire de tir était montante et que cela aurait pu provoquer une grave blessure voire la mort d’un tiers.

Le tribunal n’a pas retenu la tentative d’assassinat mais a requalifié la prévention en menaces par geste. Le prévenu devra par ailleurs indemniser la victime.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be