Mons : Les déboires des navetteurs de la SNCB racontés dans un livre

Les navetteurs sont invités à témoigner afin de centraliser leurs déboires au sein d’un ouvrage.

Florian Ducobu
SNCB
©Jean Luc Flemal

Les multiples péripéties des navetteurs empruntant régulièrement le train ont inspiré Déborah Hernould pour la rédaction de son prochain livre. L’auteure est en effet en pleine quête de témoignages des déboires des différents usagers afin de les centraliser dans son futur ouvrage. Son objectif n’est en aucun cas de pointer du doigt le travail de la SNCB mais bien de créer un livre à connotation humoristique.

Avec les nombreux retards ou annulation de train de la ligne 96 Quiévrain-Mons-Bruxelles, les navetteurs de la région ne manquent pas de témoignages. Ces derniers pourraient être bien utiles à Déborah pour la création de son futur livre. “J’ai lancé un appel à témoignages sur les déboires des navetteurs afin de les centraliser dans un livre dont je soumettrai le manuscrit à mon éditeur belge : Poussière de Lune”, indique Déborah Hernould. “Je tiens à préciser qu’il ne s’agit nullement d’attaquer le personnel de la SNCB. Aucun texte injurieux ou discriminatoire ne sera d’ailleurs rédigé. Il s’agit simplement d’un ouvrage rédigé de manière humoristique. 

Les navetteurs ayant des histoires drôles ou cocasses à raconter peuvent dès lors contacter Déborah pour lui confier leur témoignage. Cette dernière se chargera de les retravailler et centraliser au sein de son livre. Les volontaires pourront également choisir de témoigner anonymement ou à visage découvert. Ils peuvent d’ores et déjà la contacter par mail à l’adresse : deborahhernould@hotmail.com.

Cette idée de livre ne date pas d’hier. J’ai décidé de la mettre en œuvre suite aux multiples problèmes sur les lignes lors du mois de décembre dernier”, raconte Déborah Hernould. “J’ai principalement sondé les navetteurs de la ligne 96 Mons-Bruxelles et 94. J’emprunte également les trains de la SNCB depuis 2001. Certains de mes témoignages se retrouveront donc dans mon ouvrage. L’un d’entre eux m’a inspiré le titre : “Un jour mon train viendra”. Il vient d’une anecdote sur les quais de la gare de Bruxelles où mon train a eu 5 puis 7, 12, 15 minutes de retard jusqu’à devenir un retard de durée indéterminée. Un homme à côté de moi a alors repris la chanson de Disney de façon humoristique ce qui a eu le don de faire rire les autres navetteurs.

Suite à l’annonce du recueillement des témoignages, les réactions ne se sont pas fait attendre, notamment de la part des usagers de la ligne 96 Quiévrain-Saint-Ghislain. “Super ça, des histoires je n’en manque pas. Il ne me reste plus qu’à fouiller dans ma mémoire de plus de 30 ans d’utilisation des transports en commun”, commente un navetteur. “Je trouve que c’est une excellente idée”, ajoute un autre usager. “J’ai tellement de témoignages qu’il serait trop long de tous les écrire”, ironise un autre.

L’engouement est important mais les témoignages auprès de Déborah restent pauvres pour le moment. “J’ai reçu une dizaine de témoignages jusqu’à maintenant. Pour un recueil d’une centaine de pages, il m’en faudrait entre 40 et 50. Je vais régulièrement relancer mon appel aux témoignages afin de pouvoir compléter mon ouvrage”, explique Déborah Hernould.

À noter que les bénéfices liés aux droits d’auteur seront reversés à l’asbl move2fightcancer. “Un ami atteint d’une leucémie est responsable de cette association. Je trouvais intéressant de pouvoir lier un livre sympa avec une cause importante. Plusieurs proches ont également été touchés par le cancer. Cette donation permet d’avoir une petite pensée pour eux”, conclut Déborah Hernould.

Si les témoignages sont recueillis rapidement, le livre pourrait sortir dans le courant de l’année.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be