La place d’Asquillies fera prochainement peau neuve ! Le collège communal va en tout cas solliciter le feu vert du conseil communal pour que la rénovation de cette place puisse être reprise au plan d’investissement communal (PIC), qui prévoyait déjà la rénovation de plusieurs rues de l’entité de Quévy.

"C’est une place qui n’a plus bénéficié de grandes modifications depuis bien longtemps", explique Muriel Cochez (MR+), échevine en charge des travaux. "Les travaux consisteront principalement en la pose de pavés et en l’installation de mobilier urbain. De mon côté, j’ai l’envie de faire un clin d’œil à l’événement passé d’Asquillies Plage en prévoyant l’installation d’un ou deux transats." Les bulles à verre seront par ailleurs enterrées, comme cela s’est fait à Genly, où une diminution du nombre de dépôts sauvages est constatée.

Résolument inscrite dans une démarche de participation citoyenne, la majorité PS-MR+ entend par ailleurs donner la possibilité aux citoyens de s’exprimer, artistiquement parlant. "On envisage de les solliciter afin qu’ils puissent venir peindre les pavés de la place, comme cela s’est fait à Mons, dans la rue des Fripiers. C’est une façon sympathique de permettre à chacun de se réapproprier l’espace public."

Pour permettre la mise en œuvre de ce projet urbanistique, un budget de 245 000 euros est inscrit au PIC. "En réalité, la rénovation de cette place n’était initialement pas prévue dans l’immédiat. Mais des crédits étaient encore disponibles, ce qui nous permet de l’envisager plus rapidement que prévu." Le plan d’investissement communal 2019-2021 compte dès lors la rénovation de cette place mais aussi la réfection des rues Saint-Brice et Basse à Aulnois, Léonce Spinette à Quévy-le-Petit et de France à Goegnies-Chaussée.

Le PIC 2022-2024 intégrera quant à lui la rénovation de la place de Blaregnies. "Nous sommes conscients que certains seront déçus des choix qui sont posés mais il nous est tout simplement impossible d’intervenir partout en même temps et d’obtenir en une fois les budgets nécessaires", ponctue encore l’échevine en prévision d’éventuelles critiques.