Le décompte est désormais bien lancé. Dans une dizaine de jours, soit le 1er mai prochain, Jean-Pierre Lépine (PS) quittera officiellement les fonctions de bourgmestre qu’il occupait depuis 2012. Damien Jenart (PS), actuel premier échevin et candidat ayant fait le second meilleur score lors des dernières élections communales, lui succédera. Pour l’homme fort de Quaregnon, le moment est évidemment important.

"C’est une décision que j’ai prise et que j’assume donc, mais ce n’est pas pour autant facile", confie Jean-Pierre Lépine. "Je vis mes dernières fois en tant que bourgmestre : le dernier collège communal, le dernier collège de police,… Je reste cependant serein car je ne quitte pas la commune du jour au lendemain. Je reste chef de groupe du PS au conseil communal et grâce à une convention de mise à disposition, je conserve un bureau au sein de l’administration."

La porte du socialiste restera dès lors ouverte pour son successeur. "Pas question cependant de jouer le rôle de la belle-mère et de m’immiscer dans ses dossiers : je ne serai là qu’à sa demande, s’il a besoin de moi. Nous avons cependant eu le temps de préparer cette transition. Ces derniers mois, Damien a été associé à toutes les réunions, nous avons refait le point sur les dossiers importants, les projets qu’ils restent à concrétiser. Il a toutes les cartes en main pour poursuivre le travail."

Le départ de Jean-Pierre Lépine n’est pas une surprise : au lendemain des élections, il avait annoncé sa volonté de ne pas aller au bout de son mandat. "Nous sommes à mi-mandat et le 1er mai correspond à ma mise à la pension professionnelle. C’est donc une façon de faire d’une pierre, deux coups. Je pars sans regret et lorsque je regarde en arrière, je suis fier de cette carrière politique. Je pense avoir été aussi proche et à l’écoute des citoyens que possible."

Malgré tout, la fonction de bourgmestre n’est pas de tout repos, et certains jours ont été plus difficiles que d’autres. "La gestion de la crise est particulièrement difficile. En un an, j’ai l’impression d’avoir vieilli de cinq ans. Chaque jour apporte son lot de nouvelles, de décisions à prendre, de circulaires,… Nous sommes restés en première ligne afin d’aider la population au mieux. Et les réseaux sociaux n’arrangent rien."

C’est donc avec le sentiment du devoir accompli, des projets concrétisés et des finances assainies que le maïeur tire sa révérence. "J’ai fait au mieux et les électeurs me l’ont rendu, en me permettant d’améliorer mon score à chaque élection. Je suis arrivé là en gravissant les échelons, à force de travail et sans jamais avoir joué des coudes comme on le voit parfois en politique. Le fait d’avoir un score suffisant que pouvoir cumuler ma fonction de bourgmestre et de député témoigne de cette confiance."

Jean-Pierre Lépine assumera en effet encore sa fonction de député, tandis qu’il ne siègera plus qu’en tant que conseiller communal à Quaregnon. Lors des prochaines élections, si le PS en fait la demande, il pourrait malgré tout apparaitre sur les listes, non plus pour briguer une fonction exécutive mais pour transmettre sa longue expérience politique.

Le président du CPAS lui emboite le pas et quitte ses fonctions

Jean-Pierre Lépine ne sera pas le seul à tirer sa révérence le 1er mai prochain. Alain Torrekens, président du CPAS, lui emboitera en effet le pas. "Nous en avons discuté en se demandant si un départ à la mi-mandature ne serait pas la meilleure des solutions", explique Jean-Pierre Lépine. "Nous sommes les deux plus âgés du groupe socialiste et nous laissons nos places à plus jeunes. Je souhaite cependant lui rendre hommage pour le travail accompli, dans un contexte particulièrement difficile, notamment dans le dossier de la construction de la nouvelle maison de repos, mais également pour avoir fait face à l’augmentation importante de demandes de revenus d’intégration sociale (RIS)." Alain Torrekens sera remplacé par François-Michel Vray, actuellement conseiller de l’action de l’action sociale.