L’affaire aura fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois lorsque l’on apprenait que Bernard Paget, ancien bourgmestre de Honnelles, et Matthieu Lemiez, bourgmestre actuel, étaient convoqués devant la Chambre du conseil. Ils ne se sont pas présentés seuls puisque Dimitri Denis, ancien membre du club de football, Quentin Moreau, propriétaire des terrains et Jean-Marie Haubourdin, président du club de football, étaient également convoqués.

Initialement prévu le 18 octobre dernier, un report avait été acté au lundi 17 janvier avant d’être à nouveau reporté à ce vendredi 11 mars. La décision de la Chambre du conseil sera finalement connue le 22 avril prochain. L'affaire avait débuté en 2017, sous la mandature de Bernard Paget, lorsque Dimitri Denis, membre du club de football de Honnelles, avait demandé un permis d’urbanisme afin de construire une nouvelle buvette au club de football de l’entité. Ce dernier n’avait finalement pas attendu de recevoir ledit permis avant d’effectuer les travaux. Bernard Paget avait alors demandé, à plusieurs reprises, d’arrêter le chantier, en vain. Des experts de la Région wallonne s’étaient également rendus sur place dans la même optique. Cela n'avait finalement pas arrêté les envies de construire de Dimitri Denis qui avait également mis en place un second terrain de football et une cahute. Des arbres avaient par ailleurs été coupés et un container avait été posé sur le parking.

Alors que Bernard Paget et Matthieu Lemiez n’étaient entendus uniquement pour la pose d’un container dans le parking ainsi que pour la construction d’une petite cahute, Dimitri Denis risquait bien plus gros. Sa volonté était pourtant d’aider les enfants de la commune à bénéficier d’installations dignes de ce nom, ce qui n’était clairement pas le cas lors de son arrivée. Décidé à tout mettre en œuvre avant le début de la saison de football, il s’était rendu rapidement au service Urbanisme mais Bernard Paget n’était pas présent. Il a alors décidé de commencer les travaux sans les autorisations officielles.

"Lorsque Bernard Paget déclare qu'il est venu à plusieurs reprises me dire de stopper les travaux, c'est totalement faux", indiquait-il. "Qu'il prouve ce qu'il avance. Je n'ai reçu qu'un seul courrier de sa part, lorsque les travaux étaient pratiquement terminés. J'ai couvert la nouvelle construction afin que les murs ne pourrissent pas et puis les travaux ont effectivement été stoppés, comme demandé."

Jean-Marie Haubourdin, président du club de football, rappelle aussi que "la construction du deuxième terrain de foot posait initialement problème. En se rendant sur place, ils ont remarqué que les autorisations pour la sécurisation et rénovation de la buvette posaient également problème. L’administration communale de l’époque (NDLR : Bernard Paget était alors bourgmestre), nous avait dit que pour avoir un club de jeunes il fallait avoir des infrastructures mais que pour avoir les autorisations, il fallait avoir un club de jeunes. C’était donc un peu l’histoire de l’œuf et la poule. Tout est désormais mis en œuvre pour remettre tout aux normes et pouvoir continuer à faire vivre le club et les multiples jeunes qui s’y développent. Là est notre priorité même si nous savons bien que nous risquons une amende pour ce qui a été fait dans le passé."

La décision sera donc finalement connue le 22 avril prochain.