La colère gronde, du côté de Baudour ! Plusieurs riverains ont en effet décidé de se mobiliser pour s’opposer à un projet qui pourrait incontestablement avoir des répercussions sur leur qualité de vie. La Laiterie des Ardennes, installée dans le zoning de Ghlin-Baudour, entend en effet s’étendre grâce à la construction d’une usine de production de fromage à pizza mais aussi d’une station d’épuration.

C’est ce dernier projet qui suscite la colère des riverains voisins du site. "Nous n’avons absolument rien contre le projet d’usine à fromage, nous n’y sommes pas opposés", précise d’emblée Gontran Piérart. "Nous n’étions en revanche pas informés de la construction de la station d’épuration. C’est un peu par hasard, en allant consulter le dossier au service urbanisme, que j’en ai pris connaissance. L’affichage a débuté le 11 septembre dernier mais n’est absolument pas visible."

En effet, celui-ci est organisé au niveau de la rue des Azalées, actuellement difficilement praticable. "La rue est bloquée à la circulation, il est donc impossible d’en prendre connaissance. Mes voisins n’étaient pas non plus informés de ce projet. Nous craignons principalement des nuisances olfactives liées au nettoyage des cuves de lait et de fromage, des camions,… D’autant plus qu’il sera impossible d’installer un mur végétal compte tenu de la présence d’une ligne haute tension."

Bref, les inquiétudes sont vives. "J’ai acheté ma maison il y a environ un an, j’ai déjà investi beaucoup mais si j’avais eu connaissance de ce projet à l’époque, je ne suis pas sûr que j’aurais acheté. Le cadre est pourtant idyllique. En étant installé au chemin de Quincy, je suis entouré d’arbres, au fond d’un cul-de-sac. Jusqu’ici, la proximité de l’usine et d’autres sites industriels n’avait jamais été problématique."

Conscients que la valeur de leur bien pourrait elle aussi être impactée, les riverains n’entendent pas se laisser faire. "Un recours va être introduit auprès de la région wallonne. Ce ne sont pas des démarches évidentes, nous aurions préféré ne pas en arriver là. Mais alors que la campagne d’affichage est toujours en cours, les travaux ont déjà débuté ! Le béton pour la construction d’un bac de décantation, que j’estime de 30 à 40 mètres, a été coulé ce jeudi. Le bassin est quant à lui à moins de 30 mètres de mon habitation..."

La mobilisation s’organise donc, avec le soutien de certains élus locaux. "J’ai trois enfants de 4, 10 et 12 ans. Je veux pouvoir profiter de notre extérieur avec eux sans être incommodé par des odeurs nauséabondes..."