Même s'il reste encore plusieurs aménagements à faire et quelques modifications de la signalisation, cela fait désormais près d'un mois que le giratoire de la sortie de Saint-Ghislain est ouvert à la circulation. Enfin ! Après plusieurs années d'attente, ce lieu accidentogène a reçu de la Région wallonne les aménagements réclamés tant par les usagers et les autorités communales que par la police. 

"J'en suis déjà satisfait à 100%", réagit l'inspecteur Bertrand Caroy, responsable du service circulation de la police boraine. "Grâce à cet outil, la circulation est fluidifiée, elle est ralentie et nous n'avons plus la problématique d'accidents réguliers. Cet endroit était le gros point noir de notre zone. Chaque semaine ou presque, il y avait des accidents. Forcément, cela va nous aider à faire baisser le nombre d'accidents dans la zone boraine."

Dès le retour d'une météo plus clémente, un éclairage sera installé et la signalisation sera adaptée. "En attendant, nous sommes déjà très contents. Il n'y a pour le moment pas non plus eu d'usagers surpris par le rond-point qui auraient fait un tout-droit. Puisque la grosse bordure en allant vers Tertre a été retirée, la visibilité a été améliorée. En sortant de l'autoroute, on a donc directement une vue sur le rond-point et sur la circulation de la N547. Ce qui pousse les automobilistes à ralentir."

La zone boraine pourra désormais s'attaquer à une autre problématique dans le secteur. Celle du viaduc de Saint-Ghislain, à côté de la gare. "Un projet de feux tricolores est toujours à l'étude", confie Bertrand Caroy. "Un test avait d'ailleurs été effectué en 2019. Nous verrons dans les prochains mois comment ce projet évoluera. Mais le plus important était sans conteste la construction du giratoire à la sortie d'autoroute."

Construit à l’échangeur de Saint-Ghislain (Sortie n°25), sur la N547, ce giratoire est conçu sur deux bandes à la sortie. Cet endroit a été le théâtre de nombreux accidents graves. Les autorités saint-ghislainoises demandaient avec insistance qu’un rond-point soit érigé​ afin d'y améliorer la sécurité routière. Le chantier a été exécuté en un temps record : à peine trois mois, pour un montant de 950 000 euros HTVA.