À l’heure où les hôpitaux, maisons de repos et institutions de soins sont au bord de la rupture et que du personnel supplémentaire est ardemment recherché pour venir en aide aux équipes sur place – et pas uniquement les équipes soignantes –, la proposition avait de quoi rendre le sourire, prouvant une fois encore que la solidarité reste la plus belle des armes face à la crise.

Malheureusement, il n’aura suscité aucune réaction, à la surprise de Cédric Carlier. Le gérant du Fourquet, établissement installé à Blaugies et spécialisé dans les grillades au feu de bois, avait en effet proposé de mettre ses talents culinaires au service de la collectivité alors que son restaurant était totalement à l’arrêt.

Dans un premier temps, le restaurateur avait en effet estimé que la situation géographique de son établissement et sa carte ne se prêtaient pas à un maintien de l’activité. "Malheureusement, je n’ai obtenu aucune réponse à ma proposition", explique Cédric Carlier. "J’ai eu énormément de message de soutien pour me féliciter, me dire que c’était généreux. Mais ce n’est pas allé plus loin."

Après avoir attendu une réaction du côté des maisons de repos de la région douroise et des alentours, l’indépendant s’est finalement décidé à proposer un service traiteur. "Ce n’est pas très rentable, pour tout dire. Mais ça fait plaisir à la clientèle et surtout, ça me permet de rester occupé. Les commandes sont à passer avant le jeudi, pour une préparation le vendredi, samedi ou dimanche."

Une façon de faire qui lui permet de commander ses produits en fonction de la demande et d’ainsi éviter le gaspillage. "Il n’était pas envisageable de fonctionner autrement, de rester mobilisé des journées entières en espérant l’un ou l’autre appel. Tout a été pensé pour que ce soit simple pour le client : toutes les préparations sont précuites, il n’a plus qu’à réchauffer chez lui, selon nos instructions."

Si l’une ou l’autre institution devait finalement faire appel au chef, ce dernier se dit prêt à y répondre, dans une certaine mesure, à savoir les lundi, mardi et mercredi, ce qui lui permettrait de maintenir en parallèle son nouveau service traiteur.