Des chiffres qui interpellent la zone de police boraine alors que la campagne était clairement annoncée.

Difficile de passer au travers ce week-end. Dans l’ensemble du pays, des contrôles étaient organisés par les zones de police locale et la police fédérale dans le cadre du week-end sans alcool. La zone de police boraine, proactive en la matière, était évidemment de la partie. Et elle tire un bilan plus que mitigé.

"Tout le monde était prévenu, c’est une campagne qui a été largement annoncée", rappelle Bertrand Caroy, responsable du service circulation. "Et pourtant sur les 452 conducteurs que nous avons contrôlés, 32 conduisaient sous influence : 23 sous influence de l’alcool, 9 sous influence de produits stupéfiants."

Par ailleurs, sept véhicules ont été saisis pour défaut d’assurance ou non-respect des conditions relatives au permis de conduire. "On parle souvent des jeunes conducteurs. Et bien ce week-end, ce sont principalement des conducteurs d’une quarantaine d’années qui ont été contrôlés sous influence de l’alcool." Les produits stupéfiants restent quant à eux plus utilisés par les jeunes.

"C’est interpellant. Cela signifie que 7,3% des conducteurs étaient positifs. Que donneraient les résultats si nous avions mené des contrôles sans annonce préalable ?" Ce constat est également valable pour la campagne BOB lancée fin novembre. "Jusqu’ici, nous avons contrôlé 4223 véhicules et enregistré 206 conduites sous influence : 143 pour l’alcool, 63 pour les stupéfiants. Cela représente un conducteur sur 20", regrette l’inspecteur.

"Nous constatons qu’en comparaison avec les années précédentes, la consommation de stupéfiants est plus importante (63 jusqu’ici pour 69 sur les deux mois de campagne en 2018, NdlR), elle est plus problématique, là où l’on constate une légère baisse au niveau de l’alcool." Une baisse qui reste encore insuffisante puisque de trop nombreux conducteurs prennent encore le volant après avoir bu, malgré les messages répétés. Par ailleurs, 96 permis de conduire ont été enlevés pour une durée de 15 jours et 53 véhicules ont été saisis.

"Le point positif concerne le nombre d’accident en diminution par rapport au mois de décembre de l’année précédente. Nous avions comptabilisé 112 accidents avec dégât matériel pour 99 en 2019. Au niveau des accidents avec blessés, nous étions à 19 en 2018, pour 9 en 2019. Enfin, nous avions dû déplorer un accident mortel en 2018 et nous n’en avons pas connu en 2019. C’est la preuve que la multiplication des contrôles et notre visibilité portent ses fruits."

Insistons sur le fait que la campagne Bob n’est pas terminée. Elle se poursuivra jusqu’au 3 février prochain.