Borinage

Ces rencontres entre citoyens et policiers de quartier fonctionnent très bien à Boussu et à Frameries, moins à Colfontaine, Quaregnon et Saint-Ghislain.

En septembre 2018, il y a pratiquement un an donc, la zone de police boraine innovait en proposant aux citoyens des communes de Frameries, Boussu, Colfontaine, Quaregnon et Saint-Ghislain de partager un moment convivial autour d’un café avec leurs agents de quartier. Une façon pour ces policiers d’aller à la rencontre de la population et pour cette dernière de discuter de l’une ou l’autre problématique.

Aujourd’hui, le bilan est globalement positif même si le concept devra encore être renforcé. "Après une année, on constate que ce sont sur les communes de Boussu et de Frameries que ces réunions fonctionnent le mieux", note le chef de corps, Jean-Marc Delrot. À Quaregnon par exemple, les quelques rencontres organisées n’ont pas attiré grand-monde, pour ne pas dire personne. À Saint-Ghislain et à Colfontaine, la machine peine également à se mettre en route.

"De notre côté, nous avons aussi un rôle à jouer. Nous devons susciter l’intérêt de nos agents pour que ceux-ci aient la volonté de s’impliquer dans ce projet, qui a beaucoup de sens selon moi. Il permet aux citoyens et aux policiers de se rencontrer dans un lieu neutre mais aussi de changer l’image que l’on peut avoir du policier. Nous devons aussi poursuivre le développement de collaborations pour trouver des locaux et permettre à d’autres partenaires de s’associer à la démarche."

Elus locaux, responsable de services, CPAS, gardiens de la paix,… Autant d’acteurs qui ont leur place dans ces rencontres informelles et qui doivent permettre de faire remonter l'information à qui de droit lorsque celle-ci n'est pas du ressort de la zone de police. "Il y a des disparités entre communes, voire même entre quartiers. Nous devrons renforcer notre communication vers la population pour l’inciter à franchir le pas. Cela passe notamment par des horaires élargis, afin de toucher tous les publics." Jusqu’ici, la plupart des réunions se tenaient en journée. Certaines devraient désormais être proposées en soirée ou encore le samedi matin.

Le concept s’impose donc peu à peu et contribue ainsi à renforcer la visibilité des agents de quartier, qui jouent un rôle essentiel mais encore trop méconnu dans les quartiers du Borinage. Parvenir à mettre "plus de bleu en rue" reste l’un des objectifs du chef de corps. Un objectif qui n’est pas aisé à atteindre mais qui pas inaccessible pour autant.