Borinage

L'homme conduisait sans permis, sous l'influence de stupéfiants et était sous le coup d'une ordonnance de capture.

C'est ce qui s'appelle se jeter dans la gueule du loup... Ce lundi soir, peu avant 21 heures, un homme d'une trentaine d'années s'est présenté au commissariat central de la police boraine afin de prendre des nouvelles des deux femmes interpellées en fin d’après-midi. Mais l'individu en question s'était en réalité rendu sur place au volant d’un véhicule alors qu'il ne possédait pas de permis de conduire.

Devant les faits, les policiers décident de le contrôler davantage pour finalement découvrir d’autres infractions. L'homme conduisait sous l’influence de stupéfiants mais aussi de l’alcool. Il faisait aussi l’objet de plusieurs signalements nécessitant de l’auditionner dans le cadre de dossiers de fraudes et de vols. De surcroît, l'individu était sous le coup d’une ordonnance de capture pour un emprisonnement de 18 mois. A l’issue de ses auditions, plutôt que de rentrer chez lui, le trentenaire originaire de la région a été conduit directement à la prison de Mons.

Les voleuses reviennent sur les lieux du crime

La police boraine est aussi intervenue dimanche après-midi du côté de Boussu. "Nos services ont été contactés par un magasin dont un employé a constaté un vol", explique la police. "Les deux voleurs n’ont pas été interceptés par le personnel du magasin mais leur véhicule se trouvait toujours sur le parking."

Là-aussi, les voleurs se sont jetés dans la gueule du loup. Pendant que les policiers discutent avec un témoin du vol,  le duo de voleur est revenu sur les lieux pour reprendre la voiture. Les policiers ont procédé à leur contrôle. Il s’agissait de deux femmes d'origine française. 

Elles se sont dans un premier temps énervées et ont nié les faits reprochés. "Leur fouille ainsi que celle de leur véhicule débouchera sur la découverte du larcin : des bijoux et des produits alimentaires. Les deux femmes ont été ramenées à l’hôtel de police afin d’être auditionnées et leurs empreintes relevées."