Entre la crise sanitaire et le retour (timide) des beaux jours, nombreux sont ceux qui ont profité du RAVeL pour se ressourcer, lâcher prise, prendre un bol d’oxygène. L’entretien de ces espaces spécialement dédiés aux piétons, aux cyclistes ou encore aux cavaliers reste cependant un travail de longue haleine.

Et pour cause : sur ces chemins comme ailleurs, l’on retrouve malheureusement de nombreux déchets et dépôts sauvages qui souillent la nature et cassent le sentiment de quiétude recherché par de nombreux usagers. C’est pour mettre un terme à cette problématique que quatre communes de la région (Boussu, Colfontaine, Dour, Frameries) se sont associées au Parc Naturel des Hauts-Pays.

"Le projet entretien RAVeL, c’est un projet supracommunal qui a pour objectif d’instaurer une gestion des espaces verts plus en accord avec la nature, tout en favorisant la réinsertion sociale de personnes en article 60 issues des CPAS", explique Jean-Benoit Tonnelle, chargé de mission ressources et milieux naturels.

L’une des actions de ce projet consiste notamment à passer derrière ces citoyens inciviques. "On constate qu’effectivement, il y a pas mal de déchets déposés tout le long du RAVeL. On tente de passer régulièrement afin d’améliorer la propreté…" Un travail qui est donc nécessaire, et qui est salué par bon nombre de citoyens.

Dans une vidéo expliquant justement le projet et destiné à sensibiliser la population à l’importance de maintenir ce maillage propre, plusieurs usagers prennent ainsi la parole. "C’est un outil intéressant, que j’utilise quasi quotidiennement pour me promener, promener mon chien, courir,…", explique Justine. "Mais il n’est pas toujours très propre, les gens ne sont pas toujours très respectueux…"

Un constat également partagé par Michel ou encore Corine, qui saluent le travail des ouvriers et qui les remercie de faire leur possible pour tenter de maintenir le réseau propre… malgré le manque d’éducation de certains.