Borinage

Des aménagements sont prévus mais ils ne sont pas encore installés.

Ce vendredi, Alessia Mascaluso et les riverains de la rue de Binche à Boussu célébreront la fête des voisins. Ils profiteront également de l’occasion pour apposer aux endroits stratégiques une série d’affiches conçues avec les enfants de la rue. Objectif : pousser les automobilistes à enfin lever le pied dans une rue où la limitation 50 km/heure n’est absolument pas respectée.

Sous l’échevinat de Guy Nita (Ecolo, depuis rejeté dans l’opposition, NdlR), quelques aménagements avaient été sollicités. Mais aucune solution n’a depuis été concrétisée. “Plusieurs réunions avaient été organisées pour faire le point sur le contournement d’Hornu et sur le problème de la sécurité dans notre rue”, explique Alessia Mascaluso. “Mais rien n’a bougé et plus personne ne nous tient informés.”

Ce soir, les riverains entendent poser un acte fort. “C’est nécessaire parce qu’il y a des enfants, des personnes âgées, des personnes handicapées dans la rue. Si rien n’est fait, il y a aura un drame. Les accidents n’ont jusqu’ici pas fait de victime mais il est urgent de prendre des mesures.” Une pétition avait été lancée en parallèle et remise à la police.

“La police rejette la balle à l’administration, l’administration nous renvoie vers la police,… Nous téléphonons à gauche et à droite, nous avons rencontré le bourgmestre à plusieurs reprises. La possibilité de tracer un passage clouté a récemment été approuvée par le conseil communal mais nous attendons toujours. Les automobilistes ne respectent rien, certains nous narguent même en faisant crisser leurs pneus et en passant plusieurs fois devant notre habitation. C’est insupportable.”

De son côté, Jean-Claude Debiève (PS) se dit conscient de la situation mais rappelle qu’il n’est pas le seul à la manœuvre. “Quelque chose sera fait dans les mois à venir, c’est une certitude. Mais la mise en œuvre de solution prend du temps. Nous sommes sollicités de toute part et nous ne pouvons pas mettre des ralentisseurs tous les 200 mètres.”

Le bourgmestre envisage l’instauration d’une chicane mais ce dispositif devra être validé, notamment au niveau de la Région wallonne. “Nous espérons que pour l’automne, ce sera en place. Quant au passage piéton, la prudence s’impose : le prévoir à hauteur d’un carrefour est particulièrement dangereux, il faut donc bien réfléchir.” Et de conclure que si les automobilistes respectaient le code de la route, ce genre de problématique serait anecdotique…