En matière de mobilité, et plus encore lorsqu’il s’agit d’aménagements et de dispositifs ralentisseurs, il est difficile de faire l’unanimité. Jean Homerin (PS), échevin à Boussu, en sait quelque chose. Depuis la création de zones de stationnement en quinconce au niveau de la châsse de Saint-Ghislain, deux camps s’opposent. Certains saluent l’initiative, estimant qu’elle oblige les automobilistes à lever le pied. D’autres la jugent dangereuse et inutile.

“Je trouve tous ces emplacements excessifs, il n’y a plus beaucoup de place pour rouler ; la rue est étroite et les longueurs de stationnement trop longues. Je n’ose imagier rouler lorsque tous ces emplacements seront remplis… Où se mettre lorsque l’on se croise ?” questionne une internaute sur un groupe Facebook réservé aux citoyens boussutois. “Un radar serait plus judicieux que de créer des files pendant les heures de pointe parce que l’on ne peut plus se croiser”, écrit un autre internaute.

D’autres, et notamment les riverains, se disent ravis qu’enfin, les usagers de cet axe particulièrement fréquentés, qui permet de relier Boussu à Saint-Ghislain, soient contraints de ralentir. Pour Jean Homerin, l’objectif est atteint. “Un seul riverain s’en plaint”, explique-t-il. “Nous avons d’ailleurs dû remplacer un piquet qui avait été cisaillé. Les automobilistes, comme les bus, ne circulent enfin plus comme des Fangio en empruntant la zone de stationnement comme s’il s’agissait d’une bande de circulation.”

En heure de pointe, et plus particulièrement le matin, la circulation – déjà ralentie par le passage de trains aux passages à niveaux – est devenue extrêmement difficile. Pour l’échevin, il s’agit du prix à payer. “Tout le reste du temps, et donc aussi en week-end et pendant les vacances, c’est une rue beaucoup plus calme. Ceux qui râlent aujourd’hui sont ceux qui pensent que la route leur appartient et qui sont frustrés d’effectivement avoir à ralentir.”

Et de poursuivre : “si l’on tient correctement sa bande de circulation, il est tout à fait possible de passer à deux, si la vitesse est adaptée et s’il ne s’agit pas d’un poids lourd ou d’un bus. Il faut simplement s’adapter à la situation. Il y a quelques années, nous avions placé des chicanes mais elles n’avaient pas donné satisfaction. Les zones de stationnement en quinconce sont plus efficaces et s’ajoutent aux passages à niveaux, qui sont déjà des ralentissements naturels. “

Il ne s’agit donc pas d’une phase test. Ces nouveaux aménagements sont destinés à rester. “Ils ont le mérite de clarifier la situation en matière d’espaces de stationnement puisque ceux-ci n’étaient pas du tout respectés. Si les gens respectent le code de la route et ne tentent pas de faire du forcing pour éviter de ralentir en croisant un autre usager, tout se passera bien. Ces aménagements, y compris les espaces entre chaque zone, sont réglementaires et adaptés à la configuration de la rue.”À Boussu, la satisfaction est donc totale. Le collège communal n’exclut d’ailleurs pas la possibilité de multiplier ce genre d’aménagement.