L’aventure s’est arrêtée ce samedi soir, pour Camelione. La jeune hornutoise avait intégré le concours The Voice France après avoir séduit Vianney sur un titre de Maëlle. Malgré des commentaires élogieux et une préférence affichée par les trois autres coachs pour sa prestation sur Your Song, d’Elton John, elle n’a pas été sauvée par son coach, Vianney.

C’est donc son adversaire du jour, Kay, qui s’est imposée. "Il n’y avait vraiment pas d’esprit de compétition entre nous, on a vécu ce moment comme un duo et non comme un duel", souligne Camelione. "On a une belle complicité et après des mois sans pouvoir chanter avec personne, on avait juste l’envie de profiter de ce moment."

Les règles du jeu sont connues des candidats, ce qui permet à la jeune chanteuse de relativiser ce départ. "Émotionnellement, c’était beaucoup de pression. Je suis évidemment triste d’avoir quitté l’aventure, c’est une réaction humaine, mais j’en retiens énormément de positif. Je repars boostée car je ne m’attendais pas à entendre de tels commentaires sur mes prestations."

Convaincue depuis longtemps que la chanson est la voie à suivre, Camelione entend poursuivre son bout de chemin. "Je vois The Voice comme un beau tremplin pour la suite et non pas comme une fin en soi. Il y a un après The Voice, je suis persuadée que cette participation va m’ouvrir des portes. Il y a eu énormément de bienveillance autour de moi. Je suis sûre que ce n’est que le début de l’aventure."

Aussi discrète que déterminée, la jeune femme n’en dira pas plus sur les projets à venir. "J’en ai… Mais je ne veux rien dire maintenant !" Quant à savoir si ceux-ci se concrétiseront en Belgique… "Honnêtement, j’ai envie de prendre les choses comme elles viennent. J’ai des idées, des envies et j’avance de mon côté mais je fonctionne avant tout au feeling et à l’instinct ! Je serai peut-être la première surprise dans cette histoire ! (rires)."

Quoi qu’il en soit, si les portes du télécrochet français se sont refermées derrière notre compatriote, cette dernière aura permis de faire briller une fois encore la région de Mons-Borinage… Comme l’avait fait Antoine Delie (Baudour) avant elle.