À chaque étape franchie dans la lutte du coronavirus son raté, et donc sa polémique. Depuis quelques jours, plusieurs centaines de personnes font l'objet d'erreurs dans les listes du plan de vaccination, dont la stratégie est pourtant mise sur pied depuis plusieurs mois.

Et à l'heure où l'approvisionnement en vaccins fait l'objet de nombreuses inquiétudes, ces erreurs passent mal. C'est notamment le cas du bourgmestre et ex-ministre Carlo Di Antonio (CdH), qui a vu "rouge" en ce début de semaine. "L'une de mes secrétaires, âgée de 43 ans, en pleine forme et n'ayant aucun antécédent médical, m'a confié ce lundi avoir été contactée pour se faire vacciner. Au départ, très surprise par ce courriel, elle a cru qu'elle était victime d'un virus informatique. Quelle ironie en pleine pandémie."

Intrigué, le bourgmestre de Dour s'en est mêlé. "J'ai donc contacté le coordinateur régional pour la vaccination. Il m'a confié que ma secrétaire faisait partie des nombreuses personnes à avoir été contactées erronément sur base des fichiers de l'Aviq. Coordinateur qui lui a conseillé, si elle souhaitait se faire vacciner, de répondre positivement et de suivre la procédure en se présentant au rendez-vous, sans quoi elle risquerait d'être versée dans une liste de personnes qui refusent le vaccin. Et que cela retarderait du coup sa vaccination, probablement après tout le monde."

La quadragénaire, pétant la forme, s'est donc connectée au lien proposé, qui ne lui offrait que deux réponses possibles : Oui, avec dans la foulée un horaire précis, ou une réponse négative, ne laissant aucune place à aucune formulation. "Ce n'est pas normal", fustige le bourgmestre de Dour qui, passablement énervé par ces erreurs logistiques, suggère une alternative. "L'on devrait prévoir un troisième champ de réponse, notamment pour ce cas précis, visiblement fréquent."

Une option qui permettrait au citoyen de communiquer l'erreur, de laisser sa place à qui de droit sans pour autant perdre la sienne. "C'est une nouvelle anomalie au niveau wallon. Pour les vaccins, c'est tout de même fantastique que l'on constate ce genre d'anomalie. Ça n'ajoute pas de crédibilité à l'action des pouvoirs publics dans l'action contre le coronavirus"

Selon nos informations, ce serait une erreur humaine qui aurait conduit à l'envoi de ces invitations à des personnes n'étant pas catégorisées comme prioritaires... Pour pallier cette erreur, la délégation générale Covid19 à la région wallonne a pris la décision de stopper l'envoi de ce formulaire par mail. C'est ainsi que ce mardi, ce sont quelque 25.000 formulaires qui ont été envoyés par voie postale.

Quant à la secrétaire quadragénaire, elle a suivi les conseils du coordinateur régional et est allée se faire vacciner ce mardi. Elle bénéficiera prochainement de sa deuxième dose, "brûlant" ainsi la priorité à de nombreuses personnes âgées pour qui le vaccin est primordial.