Borinage

La CGSP s'était invitée au conseil communal de Colfontaine ce mardi soir. Elle sera à Quaregnon ce jeudi.

Elle l’avait annoncé dans le courant de la journée, mardi, et a tenu parole : quelques heures plus tard, la CGSP se présentait au conseil communal de Colfontaine afin d’être « vue et entendue » des élus locaux par rapport au dossier du centre de santé Arthur Nazé. Une petite trentaine de personnes était présente et a pu être reçue par le bourgmestre, Lucien d’Antonio, avant le conseil.

Les revendications n’ont pas changé. Depuis des mois, le syndicat tente d’obtenir des réponses claires et fermes quant à l’avenir de l’intercommunale et surtout, de son personnel. Rappelons que la vétusté des lieux, pourtant destinés à accueillir les enfants de la région, a souvent été pointée du doigt.

Finalement, la rencontre entre syndicat et bourgmestre se sera étalée sur près de 40 minutes. Le bourgmestre s'est refusé à recommencer cette rencontre devant les conseillers communaux, qui ont pourtant tenté d'en savoir plus. "Nous avons à nouveau demandé qu’une rencontre soit organisée aussi rapidement que possible entre tous les intervenants, c’est-à-dire les autorités politiques mais aussi les représentants syndicaux", explique Laurent Dufrasne, secrétaire interrégional.

Selon ce dernier, le climat était plutôt tendu. "Comme souvent lorsque nous sommes confrontés à lui, il s’est montré plutôt agressif, tant vis-à-vis de nous que du personnel de l’intercommunale présent mardi soir. Il nous a rappelé qu’il n’était pas question que nous lui dictions son agenda, a sous-entendu que le personnel était en partie responsable de cette situation, tout comme nous… Alors que nous dénonçons la situation depuis longtemps."

Et de poursuivre : "Les politiques sont responsables de cette situation, ils ont trop longtemps joué la sourde oreille. Nous espérons que la rencontre permettra de remettre les choses au clair. Il n’est pas impossible qu’une autre vision des intercommunales de santé soit avancée, avec des rapprochements ou des fusions. L’idée d’investir un autre bâtiment est aussi sur la table. Le bourgmestre semble attendre des documents de conformité pour se prononcer."

Ce jeudi, c’est du côté du conseil communal de Quaregnon que le syndicat se présentera. Les doléances ne seront pas différentes mais la CGSP s’attend à un climat plus apaisé puisque la discussion avec le bourgmestre, Jean-Pierre Lépine, a jusqu’ici toujours été possible, même si à ce stade, elle n’a pas permis de dégager de solutions définitives.