Borinage

Le groupe ira jusqu'au bout de ses démarches pour obtenir son permis et poursuivre l'aménagement de son frigo.

Ce mercredi matin avait donc lieu devant le tribunal de première instance de Mons une audience réservée aux plaidoiries des différentes parties dans le dossier qui oppose, d’une part le groupe Clarebout, d’autre part la Région wallonne et le comité de riverains Les Amis du Crachet. Si du côté des riverains et de la Région, on estime que les procédures ont été respectées, on les conteste au sein de la société Clarebout.

« L’audience de ce matin visait à solliciter la levée de l’ordre d’interruption des travaux entreprise pour la construction d’un congélateur sur le site de Frameries », confirme Jan Poté au nom du groupe Clarebout Potatoes. « Nous soutenons que la décision du ministre Di Antonio refusant le permis était illégale. C’est aussi en ce sens qu’un recours en annulation a été introduit auprès du Conseil d’état. Nous souhaitons que la décision ministérielle soit écartée des débats. »

Pour le groupe, l’interruption imposée des travaux pourrait mettre à mal la poursuite du projet dans son ensemble. « Nous soutenons que cette interruption est disproportionnée par rapport aux travaux déjà entrepris. Aujourd’hui, seuls des travaux de finition et des travaux d’aménagements intérieurs doivent être terminés. »

D’où l’introduction d’une demande de régularisation auprès de la commune de Frameries. « Maintenir cet ordre d’interruption pourrait avoir des conséquences importantes pour nous. » Rappelons encore que huit personnes ont déjà été engagées pour travailler dans le congélateur. Elles sont actuellement en formation à Warneton.