Des arbres disparus de nos jardins seront plantés dans ce verger conservatoire.

Le projet se veut environnemental, social et éducatif. Difficile dès lors de ne pas y adhérer. D’ici peu, l’asbl Colfontaine en Actions fera sortir de terre un verger conservatoire du côté de Mons, à Havré plus exactement. Pour ce faire, l’association propose un système de parrainage. Les généreux donateurs pourront, en plus d’assister aux activités organisées autour du verger, baptiser un arbre.

"C’est lors de la foire agricole de Colfontaine que l’asbl a noué un partenariat avec un privé qui dispose d’un vaste terrain dont il ne sait pas vraiment quoi faire", explique Lionel Pistone, fondateur de l’asbl et par ailleurs conseiller communal. "Nous avions d’abord évoqué l’idée d’un potager collectif mais un potager nécessite énormément de temps, au contraire d’un verger."

Pas question cependant de se contenter de planter quatre pommiers et deux cerisiers. "Les arbres qui seront plantés sont des arbres d’anciennes variétés que l’on ne trouve plus dans les commerces et pépinières de la région. Nous allons reprendre des variétés wallonnes, certifiées par la faculté de Gembloux, présentes dans nos campagnes et jardins il y a 50 ou 60 ans."

Et de poursuivre : "Varier les variétés a aussi quelque chose de didactique. Pour les enfants, ce sera par exemple l’occasion de constater que telle pomme n’est pas la même qu’une autre, qu’elle est plus foncée ou plus sucrée. Nous comptons profiter de ce verger conservatoire pour redévelopper et favoriser le lien social. Diverses activités seront organisées au-delà de la plantation et de la récolte."

Notons encore que le projet se veut aussi solidaire puisque les éventuels surplus seront distribués aux associations de la région pour la constitution de colis alimentaires. "C’est un projet qui a vraiment plusieurs vocations. Mais nous sommes une association, nous avons donc besoin d’un coup de pouce pour le financer. Nous avons décidé de passer par un système de parrainage."

Concrètement, qui veut peut, moyennant 30 euros, nommer son arbre. "C’est très symbolique bien sûr mais nous trouvions important de proposer un truc un peu sympa. 30 euros, c’est le prix coûtant de l’arbre, on ne fait aucun bénéfice dessus." La campagne de parrainage est ouverte jusqu’au 30 novembre. L’association espère planter un maximum d’arbres en décembre ou en janvier au plus tard.