Borinage

La jeune femme s'est basée sur son vécu personnel, sur des témoignages et des recherches scientifiques sur le sujet.

Championne de Belgique de judo à plus d’un titre et habituée des podiums, Anne-Sophie Jura baigne dans le milieu sportif depuis sa plus tendre enfance. Une vie faite d’entrainements, de contraintes, de victoires et de défaites qu’elle a dû apprendre à gérer… Tout comme ses proches. Conscience que la vie d’athlète de haut niveau touche plus que sa propre personne, elle a décidé d’organiser des conférences à destination des parents.

La première sera organisée au sein de la Fédération Francophone Belge de Judo le 20 octobre prochain, à destination des entraineurs, relais majeur entre le sportif et les parents. "Je pense que le rôle des parents dans la vie d’un sportif de haut niveau n’est pas suffisamment mis en avant alors qu’il est essentiel", explique la jeune femme. "Si mes parents n’avaient pas été là pour me soutenir, me conduire aux entrainements, s’organiser pour que tout aille pour le mieux, je n’en serais pas là aujourd’hui."

Également étudiante en sciences de de la famille, Anne-Sophie Jura s’est donc penchée sur cette problématique dans le cadre d’un stage, réalisé au sein de la FFBJ. "Je suis partie de mon vécu personnel, de ce que j’ai appris durant mes études, de témoignages et de recherches scientifiques pour mettre sur pied ces conférences. Dans un premier temps, elles sont destinées au milieu du judo car c’est ce que je connais. Mais pourquoi pas, à l’avenir, les transposer auprès d’autres fédérations et disciplines ?"

Anne-Sophie Jura entend donc utiliser ses recherches et ses expériences pour remettre en lumière le rôle joué par les proches dans la carrière d’un sportif." Les parents sont souvent démunis face aux exigences du sport à haut niveau, ils manquent d’informations. Le but n’est certainement pas de leur dire comment éduquer leur enfant mais de leur donner quelques astuces."

Et d’ajouter : "Ils sont souvent les premiers à qui on jette la pierre lorsque ça ne va pas ou qu’ils mettent un peu trop de pression. Mais personne ne leur a dit comment réagir avant ou après une compétition. Ils font pour un mieux, parfois maladroitement, parce qu’ils sont dans le doute. S’ils avaient quelques clés supplémentaires, peut-être se sentiraient-ils plus forts." Une fois les entraineurs formés, les parents seront invités à assister aux conférences d’Anne-Sophie Jura dans le courant du mois de novembre.