On est loin, très loin, des premiers délais annoncés et espérés. Les autorités boussutoises espéraient permettre aux enfants de faire leur rentrée scolaire 2022 dans une école flambant neuve, en remplacement de l’école du Centre qui avait dû être évacuée pour des raisons de sécurité et de l’école modulaire, installée en guise de plan B depuis 2019. Il n’en sera finalement rien et il faudra davantage tabler sur la rentrée scolaire 2023.

"Il est évident qu’avec la crise sanitaire, et le manque de personnel dans différents services, nous avons été contraints de mettre le dossier de côté", regrette Jean-Claude Debiève (PS), bourgmestre. "Toutes les autorisations nous ont été accordées, y compris celles pour la construction d’une nouvelle voirie en bord d’école pour relier la rue Clarisse à la rue Alfred Ghislain. Mais il ne faut pas s’attendre à voir les travaux débuter avant le début de l’année 2022."

Pour le bourgmestre, il s’agit d’un crève-cœur. "C’est difficile, on souffre de tous ces retards causés par la crise. C’est évidemment frustrant pour nous car il s’agit d’un projet très important et qui me tient particulièrement à cœur. Nous avons l’envie d’offrir aux enfants et à leurs enseignants une structure de qualité, une école moderne qu’ils auront plaisir de fréquenter. Nous savions, il y a de longues années, que l’école du Centre devrait être rénovée ou reconstruite. L’opportunité s’est présentée de repartir de zéro mais nous ne pouvions pas anticiper la crise."

La nouvelle devrait avoir une capacité d’accueil de 400 élèves pour l’enseignement primaire et de 100 élèves pour la section maternelle. La construction serait reliée à l’école de la rue Clarisse. Les enfants de troisième année maternelle devraient intégrer les nouvelles classes tandis que les plus jeunes resteraient dans leurs locaux. Les dernières estimations budgétaires faisaient mention d’un montant de sept millions d’euros, subsidiés à hauteur de 60%.

"La prochaine grande étape, c’est le lancement de l’appel d’offres et la désignation d’une entreprise. Ce sera fait dans les prochains mois, en tout cas avant la fin de cette année 2021." Une fois cet important projet ficelé, les autorités devront réfléchir à l’avenir de l’école modulaire : cette dernière pourrait être revendue ou utilisée sur d’autres implantations, en fonction des besoins. Mais d’ici à ce que la question se pose, de l’eau aura probablement encore couler sous les ponts.