L'homme avait tiré et blessé un jeune au niveau du tibia.

Dimanche soir, Nino, le cordonnier installé à la rue du Village à Quaregnon ouvrait le feu alors qu’une altercation avait éclaté quelques minutes auparavant, touchant un jeune, Doriano Greco, au niveau du tibia. Ce mardi, le parquet a confirmé que l’indépendant avait pu être entendu par le juge d’instruction afin de livrer sa version des faits.

Ce dernier a finalement été inculpé du chef de coups et blessures avec incapacité de travail et infraction à la loi sur les armes. Le juge d’instruction a cependant décidé de sa remise en liberté, moyennant certaines conditions à respecter. Le cordonnier, particulièrement apprécié dans le village et considéré comme un habitant sans histoire, n’est donc pas encore sorti d’affaire face à la justice.

Pour rappel, tout était parti d’une altercation entre une automobiliste et un individu qui souhaitait traverser avec une poussette au niveau d’un passage clouté. Ce dernier s’était engagé sur le passage clouté rapidement, provoquant un freinage brutal de la part de l’automobiliste. Des mots avaient été échangé et le ton était rapidement monté entre les deux parties. À tel point que le fils de l’automobiliste, qui se trouvait justement non loin de là, avait décidé d’intervenir.

Ce dernier avait ensuite livré sa version des faits dans nos colonnes ce lundi, expliquant qu’il souhaitait intervenir pour défendre sa mère. " C’est vrai que je me suis emporté. J’ai poussé l’homme une première fois, et puis une seconde fois. La poussette est tombée lorsqu’il s’y est rattrapé. Lorsqu’il s’est relevé, il a couru vers la boutique du cordonnier en disant que j'avais volontairement mis un coup dans la poussette."

Le cordonnier était alors sorti et s’en était mêlé. " Il nous a menacé, ma mère et moi, il a dit qu’il allait nous tuer. Nous avons vu qu’il avait quelque chose dans sa poche et puisqu'il était menaçant, un ami et moi avons tenté de le maîtriser en l’enlaçant. Le cordonnier a reçu un coup et est tombé au sol. Il a alors tiré à l’aveugle." Un témoignage qui ne fait évidemment pas foi, l’enquête devant se poursuivre afin de tirer toute cette histoire au clair.