Ces derniers mois, les annonces se sont enchainées et les mesures se sont accumulées pour lutter au mieux contre la propagation du coronavirus. À tel point que certains citoyens se sont sentis et se sentent encore perdus face à ce qu’il est possible ou non de faire. Dans les hôpitaux notamment, la situation n’est pas évidente à gérer.

Et pour les causes : l’organisation des visites est chamboulée et les visiteurs doivent se plier à des mesures strictes. Pour faire le point sur celles-ci, le groupe hospitalier EpiCURA organisera ce mardi à 17 heures un Facebook live destiné à apporter quelques éclaircissements. "Le dorcteur Bou Sleiman, notre médecin-chef du site d’Ath et directeur médical adjoint fera le point", explique le groupe.

Donner des informations claires et actuelles, de vive voix, est une nécessité, selon le groupe. "On se rend bien compte que certains ne s’y retrouvent plus. De notre côté, aucun changement majeur ne devrait être annoncé dans les prochains jours, même si l’évolution de la situation reste incertaine", précise encore Delphine Cauchies, responsable de la communication.

"C’est une première, nous allons tenter l’expérience et voir si ce genre de démarche peut s’avérer utile. Nous insistons régulièrement sur les règles en vigueur mais malgré tout, certains les extrapolent, ce qui donnent lieu à quelques difficultés." Contrairement au CHU de Liège, le groupe EpiCURA n’entend par exemple pas bousculer son programme d’opérations ou de consultations.

Pour rappel, à ce jour, les visites sont limitées à quatre personnes différentes maximum par semaine (une par jour), identifiées par le patient. Ces visites sont limitées à une heure au maximum, entre 17 heures et 19 heures. Le port du masque reste obligatoire dès l’entrée dans l’hôpital, tout comme le respect des gestes barrières.