Le réseau secondaire risque également d’être impacté par les problèmes de circulation prévus sur l’autoroute.

Il faudra une nouvelle fois s’armer de patience sur les routes ce jeudi, ou faire preuve d’imagination pour éviter le chaos qui s’annonce sur l’autoroute pour passer la frontière à Hensies. Et encore, les réseaux secondaires seront certainement, eux aussi saturés ! La raison ? Une action des syndicats français de transports routiers, lesquels ont décidé de bloquer tous les poids lourds, en guise de protestation contre la décision du gouvernement français de diminuer le remboursement du diesel de deux centimes le litre.

L’action concerne essentiellement deux passages frontaliers : Celui de Rekkem (sur l’axe Lille-Tournai-Gand) et celui de Hensies, qui sera très probablement le plus impacté. Un chantier situé à quelques kilomètres du poste frontière, sur le territoire hexagonal, a en effet contraint les autorités belges et françaises à réduire les bandes de circulation depuis le 17 novembre dernier. Le passage ne se fait désormais plus que sur une seule voie.

L’effet cumulé des deux actions promet un cocktail détonnant auquel les automobilistes de la région sont malheureusement habitués, et parfois mal habitués. On se souvient que l’agglomération de Quiévrain avait été totalement submergée par le trafic notamment des poids lourds en mai dernier lors de la fermeture en urgence de l’autoroute en France, suite au risque d’effondrement d’un pont. 

Cerise sur le gâteau, Dour, dont la sortie de l’autoroute est directement concernée par ces mesures, connaîtra un événement exceptionnel ce jeudi, la venue de la reine Paola dans l’une des écoles de l’entité. Une visite royale qui devrait attirer plus de personnes que d’ordinaire sur la commune. Du côté des différents corps de police, l’on confirme que des moyens sont prévus si la circulation devient effectivement chaotique. Des déviations pourraient être mises en place pour désengorger les axes éventuellement submergés.