D'autres éléments du dossier, impliquant le décès de la petite Néva, viennent de parvenir. Ils concernent le manque de réaction reproché au Parquet par certains proches sur la situation familiale de Néva.

Ce dernier confirme avoir été avisé par la police en avril 2020 des difficultés de la situation de la famille. C'était la grand-mère des peux petites filles qui avaient prévenu les autorités. En réaction, un dossier avait bien été ouvert à la suite des ces informations. Le Service d'Aide à la Jeunesse de Mons (SAJ) avait été saisi des faits. Il était d'ailleurs en charge du dossier depuis.

C'est le ministère public qui a traité le dossier avec "la diligence requise et dans les limites de pouvoirs qui lui sont attribués", explique le Parquet. Ce dernier rappelle que le décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 18 janvier 2018 a privé les autorités judiciaires de tous les moyens d'action, tant que le SAJ ne clôturait pas son intervention.

Le corps de la petite Néva a été découvert sans vie dans sa maison, à Frameries, ce mardi. Le compagnon de la maman est toujours sous mandat d'arrêt, après avoir constaté des coups et blessures sur le corps et à la tête de la jeune victime. Néva était à peine âgée d'un an et demi, lorsqu'elle est décédée d'une hémorragie interne.